PARTAGER

Dans un entretien accordé au magazine L’Equipe, la star de Liverpool et de l’Egypte Mohamed Salah revient sur son parcours hors norme et sur sa belle saison qui l’a vu devenir une icône internationale. Rencontré trois jours avant sa triste finale de Ligue des champions qu’il a quittée blessé dès la 31e minute, il révèle l’objectif qu’il s’était fixé à la fin de l’été. «Pendant toute la saison, j’avais l’habitude de dire : ‘’Je joue sur le côté, je ne pense pas trop au nombre de buts que je marque’’, rigole-t-il. Ce n’était pas tout à fait vrai. Au bout d’une dizaine de matches, Harry Kane (Tottenham), Sergio Aguero (Manchester City) et moi avions inscrit à peu près le même nombre de buts. Alors, je me suis fixé l’objectif de devenir le meilleur buteur de Premier League. Le voilà, le secret…»

«La pression, je dois la gérer depuis longtemps»
Elu joueur de l’année en Angleterre par le collège des joueurs et par celui des journalistes, Salah a été sacré meilleur buteur de toute l’histoire de la Premier League (à 20 clubs) sur une saison, avec 32 buts. «Notre style de jeu m’aide beaucoup, explique-t-il. Le coach (Jürgen Klopp) me demande d’évoluer souvent au cœur du jeu, près du but adverse. Il sait faire briller ses joueurs d’attaque. Et dès le premier jour, il m’a considéré comme un ami.»

Salah, toute l’Egypte sur son épaule
Rassuré après sa blessure, Salah sera bel et bien présent au Mondial, a priori pour jouer à partir du deuxième match (contre la Russie, le 19 juin). Mais peut-être même dès le premier (le 15 juin contre l’Uruguay), a laissé entendre mardi son sélectionneur Hector Cuper.
Lequipe.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here