PARTAGER

La première édition du festival de cinéma 48-les rencontres du film musical de Dakar, va se tenir les 5 et 6 juillet prochains. Une occasion pour revisiter l’historique du reggae avec une conférence animée par le professeur Abderrahmane Ngaidé et un concert de Iba Gaye Massar.

Dakar va abriter les 5 et 6 juillet prochains, la première édition du festival cinématographique dénommé : Cinéma 48-les rencontres du film musical de Dakar. Cette édition va se dérouler dans plusieurs lieux emblématiques de la capitale sénégalaise. De la Place du Souvenir africain au Centre de recherche ouest-africain (Warc) mais aussi dans l’atelier de l’artiste plasticien Kara au village des arts. Cet atelier va accueillir le public pour un programme nocturne. Il s’agit, explique Alioune Diop, promoteur du festival, de contribuer au «rayonnement des arts et renforcer les acquis de l’agenda culturel et artistique du Sénégal». Alioune Diop qui faisait face à la presse hier, explique que ce festival vise à «valoriser le reggae local et parler du reggae de façon globale». En ce sens, le professeur Abderrahmane Ngaidé du Département des lettres modernes de l’Université de Dakar va développer le thème « le 11 mai, ce n’est pas Mai 68 mais reste une date historique». Au programme de ce festival, il y a également des projections, des conférences et des concerts autour de trois genres musicaux : le reggae, le blues et le jazz. Sur le plan cinématographique, le court métrage L’islam c’est la paix de Moussa Seydi, ainsi que le long métrage franco-ivoirien Téranga rockers de Romain Kouo, ainsi qu’un documentaire réalisé dans le cadre de la célébration de la Journée internationale du jazz le 30 avril dernier au musée des civilisations noires et un moyen métrage des concerts de Alune Wade à Paris, Nairobi et Saint-Louis, seront diffusés. Au chapitre des conférences, Aziz Dieng, conseiller du ministre de la Culture et de la communication, va revenir sur les racines africaines du jazz. Les concerts seront animés par le Fagasu band de Iba Gaye Massar et Vieux Mac Faye.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here