PARTAGER

Hier, la salle de congrès de l’hôtel King Fahd Palace a abrité la première projection publique du film documentaire  El Hadji Djily Mbaye, l’homme derrière la légende. La séance a rassemblé le gotha politico-religieux ainsi que des citoyens lambda. L’ombre de l’illustre «marabout milliardaire» a plané, lors de cette cérémonie présidée par le Premier ministre Mahammed Boun Abdalah Dionne.

Inciter la jeune génération à s’inspirer de l’œuvre du défunt El Hadji Djily Mbaye. C’est le but que vise Khady Sall Pouye, réalisatrice du film El Hadji Djily Mbaye, l’homme derrière la légende. «La jeune génération continue de bénéficier de son legs sans pour autant le connaitre», a-t-elle affirmé hier, en marge de la séance de projection de ce documentaire.  La réalisatrice dit vouloir à travers ce film, «faire découvrir aux populations, à la jeune génération, en particulier, la véritable personnalité du regretté disparu». Mais ce n’est pas son seul objectif. Présentant son projet de film,  Khady Sall Pouye informe produire ce film, pour retracer la vie d’un personnage qui, à son avis, a consacré toute sa vie au service de l’humanité. «Ce film doit permettre aux jeunes de s’inspirer du leadership dans une dynamique de développement d’un pays. La jeunesse a besoin de repère pour mieux avancer», a-t-elle expliqué. Khady Sall Pouye ajoute également que «dans une société où le vol et l’insécurité, les agressions et les meurtres sont devenus monnaie courante et dont la seule cause découle juste d’un appât du gain, la jeunesse a besoin de références positives».
Pour ce qui est de son documentaire, il a permis d’aller à la découverte d’un homme entreprenant, doué en affaires avec un sens aigu des relations humaines. En effet le film révèle que El Hadji Djily Mbaye s’était basé à Kaolack où il connut une grande réussite car étant à la tête d’une des plus grandes sociétés agro-alimentaires au monde. Son commerce le mena  au Mali, en Guinée, en Sierra Leone, en Côte d’Ivoire et en Europe. Le film relate également les nombreux  actes de bienfaisance du disparu. Pour certains El Hadji Djily Mbaye était un mécène car ayant contribué à la construction d’édifices publics. On cite sa participation à la construction de la grande mosquée de Touba à hauteur de 800 millions de francs Cfa. Il a aussi accompagné l’Etat du Sénégal dans la construction des écoles. Le lycée de Mame Cheikh Mbaye de Tambacounda qu’il a construit et équipé entièrement à hauteur de 600 millions en est un exemple. Dans le domaine de la santé également, c’est lui qui a construit l’hôpital Ahmadou Sakhir Mbaye de Louga. Ces autres actions citoyennes révélées dans ce long-métrage sont nombreuses. C’est donc sans surprise qu’après 1 heure et 20 minutes de projection, les témoignages sur la vie et l’œuvre de ce natif de Ndiam­bour soient unanimes. Sa générosité, le sens de l’amour qu’il avait pour son prochain ont été évoqués par différents intervenants.

Témoignages du public
Venu présider le lancement du film, le premier ministre Mahammed Boun Abdalah Dionne s’est fortement réjoui de l’initiative. Il a profité de l’occasion pour rappeler des relations amicales qu’entretenaient son père et El Hadji Djily Mbaye. «Si j’ai pu étudier en France, c’est parce que El Hadji Djily Mbaye y a mis sa contribution», a témoigné le Premier ministre. Il a surtout invité les initiateurs de cet évènement à lui faire parvenir les synthèses des discussions pour que le gouvernement du Sénégal puisse s’approprier les enseignements tirés de la vie et l’œuvre du «marabout milliardaire» et que les populations sénégalaises puissent s’inspirer de son modèle. D’après les nombreux témoignages recueillis sur place, le fils de Ahmadou Sakhir Mbaye était d’une discrétion légendaire. «Il a toujours tenu à vivre de manière effacée malgré ses nombreuses actions de grande envergure tant sur le plan professionnel que sur le plan social», a témoigné Falilou Kane, ancien ministre.
Le fils ainé de l’illustre disparu, Mame Cheikh Mbaye, est lui aussi revenu sur la grande générosité de son défunt père. «C’était un philanthrope qui a cherché toute sa vie durant à améliorer les conditions de vie de ses semblables de par ses multiples actions dans l’éducation, la santé mais aussi et surtout le renforcement de l’islam au Sénégal et dans la sous-région», a -t-il martelé. Recon­naissant en son père un véritable self made man, il a affirmé que El Hadji Djily Mbaye avait précocement embrassé l’entrepreneuriat. «Malgré un refus de son père de le voir travailler, il réussit à convaincre celui-ci et même à obtenir sa bénédiction avant de s’engager dans le commerce sur l’axe Louga-Linguère», a-t-il témoigné.
La projection du film s’est déroulée en présence d’éminentes personnalités du pays, des autorités étatiques, notamment, le Premier ministre Mahammed Boun Abdalah Dionne, l’ancien ministre Falilou Kane, le député Cheikh Bamba Sall, des autorités religieuses, coutumières, des hommes  et femmes de culture, des parents, amis et sympathisants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here