PARTAGER

Dans le cadre de la mise en œuvre de la première phase de la Plateforme d’appui au secteur privé et la valorisation de la diaspora Sénégalaise en Italie (Plasepri), 7 milliards de francs Cfa ont été injectés dans la vallée du fleuve Sénégal, selon Aminata Angélique Manga, ministre de l’Economie solidaire et de la microfinance, en visite au niveau des périmètres agricoles tenus par les femmes de la vallée.

Avec la Plateforme d’appui au secteur privé et la valorisation de la diaspora Sénégalaise en Italie (Plasepri), qui est une plateforme de la diaspora en Italie, le ministère de l’Economie solidaire et de la microfinance a investi plus de 7 milliards de francs Cfa dans la vallée du fleuve Sénégal, aussi bien dans la production que dans la transformation du riz, a indiqué Aminata Angélique Manga, venue visiter les périmètres agricoles tenus par les femmes de la vallée. «C’est bon d’octroyer des financements, mais le plus important, c’est de descendre sur le terrain en parfaite complicité avec l’administration territoriale pour constater ce qui se passe et qu’est-ce qui a été fait de ces financements. Y’ a-t-il eu oui ou non de bons résultats ? Est-ce qu’il y a lieu ou non de poursuivre ces programmes ?», s’est interrogée la ministre, qui  a fait savoir que c’est le Président Macky Sall qui leur a demandé de descendre sur le terrain, de constater de visu pour apprécier ce qui se fait sur le terrain et surtout encourager les producteurs. La ministre de l’Economie solidaire s’est dit satisfaite de ce qu’elle a vu dans la vallée. Car pour elle, c’est une véritable révolution agricole qui est en train de s’opérer dans cette zone. «Il y a quelques années, le rendement à l’ha était de 2,5 ou 3 tonnes, alors qu’aujourd’hui, il est de 7 tonnes avec des pics qui peuvent aller jusqu’à 9 tonnes», a dit la ministre, qui a fait remarquer qu’avec ces rendements deux fois dans l’année, le Séné­gal peut facilement atteindre l’autosuffisance en riz rien que dans la vallée où son ministère a financé plusieurs projets pour accompagner les producteurs. Il s’agit notamment du Gie «Naxadi  Derete», qui a reçu un financement de 300 millions de francs Cfa pour le renforcement de son équipement agricole, le Gie Thiaytou qui a reçu 297 millions de francs Cfa pour un projet d’exploitation et d’aménagement agricole et le Gie Mafatihoul Bisri qui a bénéficié d’un financement de 131 millions de francs Cfa pour le projet agricole du village de Ronkh. Ces montants ont été tirés, selon la ministre de la Microfinance, des fonds de la Plasepri, un fonds qui a octroyé un volume de financement de 13 milliards 119 millions 140 mille francs Cfa à 581 projets en plus des deux milliards qu’il a décaissé au profit des Sénégalais de la diaspora et des 2,5 milliards dégagés au profit des femmes directement… Des sommes qui n’ont rien à voir avec les 7 milliards injectés dans la vallée du fleuve Sénégal par le même fonds.
Après avoir échangé avec les femmes à Ross Bethio, la ministre a promis de les aider à améliorer leurs rendements mais également, à intervenir sur toute la chaîne de valeur. Dans cette même perspective, Angélique Manga envisage d’établir des échanges entre les femmes du Nord et celles du Sud, afin d’amener ces dernières à mutualiser leurs terres, afin de profiter pleinement de la mécanisation pour améliorer leurs rendements. Les femmes du Walo lui avaient demandé auparavant de demander au Président Macky Sall de leur affecter 800 des 2000 hectares qui auraient été désaffectés à Senhuile.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here