PARTAGER

Doublement primé au Fespaco 2017 et à la Berlinale 2017, Félicité, le dernier long métrage fiction de Alain Gomis, a été projeté ce mardi à Sorano. Pour sa première projection au  Sénégal, Félicité a fait salle comble et n’a recueillis que des critiques positives. Les cinéastes Moussa Sène Absa, Nicolas Sowalo Cissé et le critique Baba Diop avouent tous avoir été conquis. Le public aussi !

122 minutes de projection, et pas un seul moment la salle n’a montré des signes de lassitude. Il faut être Alain Gomis pour accomplir une telle prouesse ! Au sortir de deux tours d’horloge de projection, on lisait sur les visages du public de la satisfaction. Satisfait d’avoir regardé enfin le film Félicité, Etalon d’or de Yennenga 2017 et Ours d’argent  à la Berlinale. «C’était super ! J’ai été ravi de suivre Félicité et j’ai eu un très bon moment de cinéma avec ce film !», s’est exclamé le cinéaste Moussa Sène Absa, au sortir de cette première projection nationale. Concernant la durée du film que certains ont jugé long, l’auteur de Tableau ferraille confie n’avoir guère remarqué cette longueur. Pour lui «il faut prendre le temps du cinéma !».
A deux pas de lui, Nicolas Sawalo Cissé, un autre cinéaste, partage presque le même sentiment. «Des critiques, je n’en formulerais pas. Je n’en ai pas trouvé», dit-il avant de donner son point de vue sur le film du réalisateur Franco-Sénégalais, double Etalon d’or au Fespaco. «Ce film a de la texture, de l’image, et une musique absolument très présente. Un jeu des personnages… Quoi que l’histoire ait une géométrie linéaire, il y a quand même dans l’image beaucoup de surprise. L’histoire est révélée au fur et à mesure que le temps passe», constate-t-il. Avec son «approche très nègre», et cette «nouvelle manière» qu’a Alain Gomis de poser la camera, l’auteur de Mbeubeuss le terreau de l’espoir juge que Félicité est un film qu’il faut «impérativement suivre». Et que dire de la musique du film ? Tout au long du film, elle est présente. Chantée soit par l’actrice principale du film Félicité ou par l’orchestre philarmonique de Kinshasa, cette musique sert au réalisateur de phase de transition pour relancer et ouvrir de nouveaux chapitres. Autant elle participe, selon le critique de cinéma Baba Diop, à l’écriture même du film et y joue presque le même rôle que les personnages de ce film.

Un prophète chez lui
Poussant son analyse plus loin, Baba Diop s’intéresse au film dans sa globalité et la manière à laquelle il participe à poser une réflexion sur l’amour, sur la dignité humaine. «Ce film est un film très riche en symboles mais qui innove dans la manière d’écrire. Dans ce film, la fiction et le documentaire sont tellement liés qu’ils sont inséparables. C’est une grande prouesse. D’habitude, on sépare les deux. Il y a un mélange des deux, la mythologie, qui  rentre dans la réalité des choses. C’est une grande écriture cinématographique qui vient de naitre», analyse-t-il. Alain Gomis lui, au sortir de la première projection, a dit combien il était ému. Emu de voir autant de monde : «c’était essentiel pour moi que ce film passe au Sénégal et qu’il soit vu par les sénégalais. Il y a ma famille, tous ceux qui ont travaillé autour du film. Une belle projection comme cela avec autant de monde. Ça fait vraiment plaisir», a-t-il timidement mentionné.
Le réalisateur a remercié toutes les autorités présentes, partant de la Présidence, du ministère de la Culture en passant par la Direction de la cinématographie et le parrain de l’événement, Youssou Ndour. Il leur a témoigné sa reconnaissance pour l’avoir aidé à réaliser ce film qui, pour rappel, aborde la question de la dignité et montre le quotidien âpre et difficile d’une femme nommée Félicité. Une dame qui, à l’instar de beaucoup de femmes, se bat chaque jour pour rendre la vie agréable à vivre. «Nous avions à cœur de rendre hommage à toutes ces femmes qui se battent pour nous et qui font que notre quotidien soit possible», note Alain Gomis, le visage radieux.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here