PARTAGER

Rien n’est encore assuré quant à la date des prochaines joutes électorales pour les Municipalités. Il n’empêche que, à l’image de nombreuses localités, Rufisque voit déjà s’aiguiser de nombreux appétits pour le fauteuil de Premier magistrat de la ville. Surtout de nouveaux venus aux dents longues, qui veulent bousculer la classe politique locale traditionnelle.

Alors que la date des élections locales n’a pas encore été fixée, apolitiques et jeunes partisans politiques anticipent pour une révolution dans la gestion des affaires de la Vieille cité. Déboulonner Daouda Niang à la ville, Albé Ndoye à l’Est, Omar Mané au Nord et Alioune Mar à l’Ouest ou au pire, faire partie de ceux qui décident semble être le mot d’ordre chez ces derniers.  «Etre présents dans tous les conseils municipaux de Rufisque pour pouvoir participer à la gestion de notre ville», a décrété Idy Bâ, membre d’un groupe naissant soutenant une éventuelle candidature de Babacar Ndiaye Amdy Diouf, un parfait inconnu du bataillon politique rufisquois jusque-là.
«Contraint» par ses proches et amis à tenter sa chance pour la mairie, le dentiste de profession, très impliqué dans les actions de développement, endosse désormais l‘habit d’un parfait candidat. «Nous avions fait un break suite au report des Locales, mais nos ambitions restent intactes pour la mairie», a maintenu Idy Bâ, un des initiateurs du projet autour de Dr Diouf. Membre du parti présidentiel, Omar Mben­gue aussi est un des chantres du renouveau. «La jeunesse doit s’impliquer davantage dans la gestion des mairies pour au moins créer une rupture ; c’est-à-dire créer des innovations. Rufisque a besoin d’une nouvelle génération de leaders qui peuvent impulser le développement dans une ville où les problèmes subsistent», a fait savoir le responsable politique à Rufisque Nord, qui se dit prêt pour le défi. Sera-t-il l’heureux élu par le parti pour ce faire ? Dans tous les cas, M. Mbengue, par ailleurs Di­recteur régional du développement rural (Drdr) de Sédhiou, s’est voulu clair pour ces élections de la base. «On est avec le président de la République depuis 2013 et on a de tout le temps travaillé activement sur le terrain. Là, nous sommes dans le cadre d’élections locales et ce sont les populations à la base qui vont décider. Et, si ces populations nous propulsent pour aller conquérir la mairie, on sera partants», a-t-il expliqué, n‘excluant point de participer «sous une autre bannière».
Comme Babacar Ndiaye, Amdy Diouf et Omar Mbengue, d’autres personnalités apolitiques ou nouveaux responsables croient à ce renouveau dans les différents conseils municipaux. L’ancien ministre de la justice, Ismaïla Madior Fall, a assujetti sa participation à l’obtention d’une «masse critique de Ru­fisquois» en faveur de sa candidature, tandis Babacar Guèye Diop, directeur financier de La Poste, qui s’active sur le terrain avec son mouvement ‘’Les amis de Mbaye Seck 100% Macky Sall’’, ne cache pas son ambition d’arriver aux manettes. Un cocktail explosif qui promet de chaudes empoignades entre nouveaux venus et classiques, à l’image du candidat déclaré, le député Seydou Diouf, ou de Abdou Karim Mbengue du Ps, qui a lui aussi récemment émis le souhait de voir son parti «se mesurer aux autres» pour les Locales à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here