PARTAGER

Le Président Sall assume sa «solidarité avec la France» dont la présence est de plus en plus contestée dans certains pays africains. Il dit : «Je plaide en faveur d’une coalition internationale contre le terrorisme au Sahel. Lorsqu’un grand pays européen s’engage dans ce combat, il faut le remercier et en appeler d’autres à le rejoindre. On l’a fait ailleurs pour la Syrie et l’Irak, pourquoi pas chez nous alors qu’on sait parfaitement que Daech est en train de renaître ici en Afrique ?» Interrogé par le Jdd sur cette défiance de l’opinion africaine envers les soldats français, Macky Sall estime «qu’il y a beaucoup de manipulation dans tout cela». Il s’interroge : «A qui profitent toutes ces critiques contre la France et ses alliés africains sur le terrain si ce n’est aux terroristes ? Le Sénégal, lui, maintient son cap. Nous étions là dès le départ, sans attendre le mandat des Nations unies, et à la demande du Mali. Sept ans après nous avons toujours 1 300 soldats engagés aux côtés de la Minusma.» En revanche, il estime que la France et le continent doivent «donc bâtir une relation plus pragmatique, gagnant-gagnant, en phase avec la compétition mondiale, dans laquelle l’Afrique doit tirer son épingle du jeu».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here