PARTAGER

Alors que le nouveau Président gambien est attendu dans la capitale dans les prochaines heures, les troupes de la Cedeao sont positionnées au niveau des différents points stratégiques de Banjul. Fortement applaudis par les populations à Barra et à Banjul, les soldats composant la force d’intervention de la Cedeao paradent dans la capitale gambienne.  Elle va rester plusieurs mois dans ce pays pour ramener le calme et réguler la sécurité. Des avions survolent l’espace aérien. Les Gambiens remercient le Ciel après la fin de cette transition sans effusion de sang. Lamine Drammeh, chauffeur de taxi, indexe l’Armée gambienne : «Nos soldats sont peureux sinon, ils n’allaient pas laisser Yahya faire ce qu’il a fait. Comment une seule personne peut tenir tête à tout ce monde. Maintenant, la plupart d’entre eux, qui n’avaient aucune qualification, vont retourner aux champs. Moi, j’avais emmené mes deux enfants et leur mère à Diarra et j’étais resté seul mais durant tout ce temps je ne travaillais pas.»
Dans cette capitale gambienne, qui prend un nouveau départ, le visiteur peut constater des soldats qui rasent les murs, enlèvent leurs uniformes, de peur d’être les victimes d’une frange de la population qui veut en découdre avec eux. A Serrekunda comme à West-point, les school bus, les véhicules de la compagnie African turism et les véhicules militaires déposent les populations qui retournent au bercail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here