PARTAGER

Dans son livre baptisé Panser l’Afrique qui vient !, Hamidou Anne pointe le doigt sur deux «impasses» auxquelles fait face la jeunesse africaine : l’émigration clandestine et le djihadisme. Il a aussi décliné dans l’œuvre un chemin d’espoir, d’émancipation notamment pour les plus vulnérables et un autre par lequel on adhère par la foi en nos politiques.

Malgré la diversité de ses pays, l’Afrique a les mêmes problématiques. Et parmi ses nombreuses problématiques, Hamidou Anne en a pris 2 que sont l’émigration clandestine et le djihadisme qu’il dénonce dans son livre intitulé Panser l’Afrique qui vient ! «Je pose des mots sur les maladies, sur les impasses du continent. Car, les Africains sont responsables de leur retard», a expliqué Hamidou Anne vendredi dernier, lors de la présentation de son nouvel ouvrage. Donc, ajoute-t-il : «J’ai dit qu’il faut soigner le continent. C’est là où panser mais je ne panse pas le continent, les politiques pu­bliques sans la connexion, ni la réfle­xion, encore moins le savoir d’où le jeu de mots entre panser et penser.» Cet essai écrit en deux semaines, mais qui est resté longtemps chez l’éditeur, est une intervention politique qui est faite, selon son auteur, sans nuance.

Pourquoi un tel livre ?
D’après Hamidou Anne, il y a quelques années il a croisé au Mali des jeunes armés de bidons d’eau et d’espoir qui allaient en Libye pour ensuite aller en Italie. Leurs espoirs en une vie meilleure qui ont «été charriés par un désespoir sur leur pays, leur contient» l’avaient interpellé et c’est là qu’il a commencé à prendre des notes. Au début, il voulait écrire juste un petit article et de fil en aiguille «l’écriture a pris le dessus sur moi et ça a fini en essai». «C’est un réquisitoire très violent», avoue-t-il. Mais, «ce n’est pas un essai nihiliste», va-t-il poursuivre. Parce que, argue M. Anne, «en déclinant les impasses à savoir l’émigration clandestine et le jihadisme», il a décliné aussi un chemin d’espoir, un chemin de rupture et de transformation sociale, un chemin d’émancipation notamment pour les plus vulnérables et un chemin par lequel on adhère par la foi en nos politiques. Il pense ainsi que la jeunesse doit se politiser et prendre toute sa part dans le combat qui sied au continent en vue de l’émanciper, de le libérer et de le faire figurer pleinement dans la modernité.
Son livre, il l’a dédié à Khalifa Sall, «emprisonné pour des raisons que l’on connait» en lui disant tout simplement : «Aux hivers douloureux succèdent tou­jours des printemps et plantons.»
Né en 1983, Hamidou Anne vit et travaille à Dakar.
Il est diplômé de l’Ecole nationale d’administration de France, informe-t-on. Il a longtemps écrit dans le journal Le P’tit railleur sénégalais et fut chroniqueur pendant plusieurs années pour Le Monde Afrique. En 2017, il a coordonné l’ouvrage collectif : Politisez-vous ! Panser l’Afrique qui vient ! est son premier livre.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here