PARTAGER
Mbagnick Ndiaye, ministre de l’Intégration africaine...promet d’accompagner le projet.

Pour que l’ile de Saint-Louis ne soit pas déclassée patrimoine historique mondiale de l’Unesco, le Conseil interministériel a pris un certain nombre de décisions hier. Notamment, le gouverneur va prendre un arrêté, mettant fin à l’ensemble des constructions et aménagements à faire sur ce patrimoine, et le recensement à la fois du patrimoine privé et administratif. «Lors du dernier Conseil des ministres, le chef de l’Etat a mis 1milliard pour véritablement réfectionner la gouvernance et la mosquée du Nord. Nous avons eu des privés qui sont là comme Amadou Diaw qui a mis 1 milliard dans la sauvegarde de ce patrimoine», a expliqué le ministre de la Culture et de la communication. Il ajoute : «La mairie a mis 250 millions, c’est tout cet ensemble qui va être programmé, utilisé. Parce que si nous ne le faisons pas, Saint-Louis risque d’être déclassé.»
Mbagnick Ndiaye a rappelé que l’île a été classée patrimoine mondiale de l’Unesco, en 2000 et depuis, l’organisation a mis en place des missions de contrôle pour voir si elle est en train d’être préservée. « Aujourd’hui l’Ile est menacée par des constructions anarchiques, le privé est en train de détruire tout ce patrimoine sans aucune autorisation. La dernière action qui a fait réagir l’Unesco c’est la destruction de la maison portugaise qui date du 17e siècle», déplore M. Ndiaye. A l’en croire, une commission viendra au mois de mars vérifier si les actions qu’ils ont prises hier, sont en train d’être exécutées. Et au mois de juin, à Varsovie, ils vont défendre ce dossier. Pour sa part, Mansour Faye, ministre de l’Hydraulique, par ailleurs maire de Saint-Louis, appelle les populations de cette localité à accompagner ce projet pour que la mise en œuvre soit possible. «Ce patrimoine que nous avons et que pas mal de localités, de pays nous envient, il faut le conserver en tant que tel. Car ça contribue pour beaucoup dans l’économie du pays», a-t-il conclu.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here