PARTAGER

L’Ivoirien Jacques Anouma, candidat à la présidence de la Confédération africaine de football (Caf), dit n’avoir pris aucun engagement au cours de sa rencontre lundi avec le Sud-Africain Patrice Motsepe, qui a aussi fait acte de candidature à la même fonction.

«Nous avons passé près de deux heures ensemble pour parler de football, de l’avenir sans engagement», a précisé dans un entretien avec un site spécialisé burkinabè l’ancien président de la Fédération ivoirienne de football (Fif), commentant cette audience qui a eu lieu à Abidjan. Anouma, qui n’exclut pas d’effectuer une visite en Afrique du Sud pour rendre la pareille au président des Mamelodi Sundowns, est aussi en contact avec le président de la Fédération sénégalaise de football (Fsf) Augustin Senghor, candidat à la présidence de l’instance dirigeante du football africain.
Commentant son audience avec le milliardaire sud-africain qui s’est rendu aussi au Qatar, au Nigeria, en Côte d’Ivoire et au Ghana, selon des médias sud-africains, Anouma prend positivement ces rencontres entre candidats. «Vous pouvez être des adversaires, mais partager les mêmes idées. C’est un acte amical et fraternel. Et si mon temps me le permet, j’irai lui rendre une visite en Afrique du Sud», a-t-il dit au même média. «Je suis l’aîné certes, mais en toute humilité, je verrai pourquoi ne pas mettre nos forces ensemble au bénéfice du football continental», a-t-il ajouté, soulignant que toute élection, comme celle-là, «laisse des traces, des frustrations» et celui qui «a perdu repart avec toutes ses idées qui auraient pu servir le vainqueur». «Dans cette adversité, nous devons privilégier les liens fraternels parce que nous sommes tous des Africains et nous voulons le bien de notre football», a-t-il par ailleurs ajouté.
Avec Aps

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here