PARTAGER

Après ses 2 commissions en 2012, l’opposition doit se contenter d’une seule dans cette 13ème législature. Cela, par la volonté de Benno bokk yaakaar qui, avec 127 députés, s’adjuge 10 des 11 commissions de l’Assemblée nationale.

Dans la répartition des commissions, Benno bokk yaakaar a été sans pitié avec l’opposition. La majorité parlementaire contrôle 10 des 11 commissions de l’Assemblée nationale. Pis pour la minorité, dans les commissions à 30 membres, 22 viennent de la majorité, 4 du groupe Liberté et démocratie (opposition) et 4 pour les non-inscrits. Dans les commissions à 20 députés, Bby contrôle les 16 alors que le groupe de l’opposition et les non-inscrits se partagent le reste avec chacun 2 membres. Si dans la 12ème législature, certains dénonçaient la mainmise de la majorité, on est presque reparti sur les mêmes bases. La répartition a été validée hier à l’unanimité par l’Assemblée nationale en séance plénière. En 2012, le groupe des Libéraux et démocrates présidait deux commissions, à savoir Culture et communication et celle de la Défense et de la sécurité. Cette fois-ci, le groupe Liberté et démocratie doit se contenter de l’unique portefeuille de la Culture et de la communication. Cette commission, la 8ème dans la hiérarchie, n’a pas fait le bonheur du président du groupe Liberté et démocratie.

L’opposition se désole
S’il reconnait que le nombre des commissions découle d’un mode calcul sur la base du nombre de députés, Me Madické Niang appelle à faire en sorte que l’opposition soit présente. «On pouvait augmenter le nombre de commissions pour l’opposition. Tous les députés qui sont là travaillent pour le Sénégal», dit-il d’une voix gonflée de résignation. Cette répartition plombe les calculs du groupe de l’opposition qui espérait 1 poste des 8 sièges de la vice-présidence, 1 secrétaire élu sur les 6 et 2 commissions. Mais si Pape Diop est bien le 8ème vice-président de l’Assemblée nationale, les 6 secrétaires élus sont tous de Bby et une seule commission sera dans l’escarcelle des poulains de Me Abdoulaye Wade. Aujourd’­hui si ses membres figurent dans toutes les commissions, le groupe Liberté et démocratie sera toutefois absent des bureaux, sauf dans celle qu’il dirige. Néanmoins, Me Madické Niang promet : «Nous allons prendre en charge cette commission et faire en sorte de travailler dans l’intérêt des populations.»
Abdou Mbow : «L’opposition doit arrêter la politique politicienne»
Pourtant dans les rangs de la majorité, Abdou Mbow se frotte les mains et estime que la loi a été respectée. «La répartition des commissions est faite dans les règles de l’art. Nous sommes régis par une loi organique. Le système des calculs indique le nombre de commissions pour chaque camp, que cela soit de l’opposition ou de la majorité», explique le 3ème vice-président de l’Assemblée nationale. Avant de charger les protestataires : «Ces opposants qui dénoncent, ont tous voté à l’unanimité la répartition des commissions. Nous n’avons fait que suivre le Règlement intérieur. On ne peut pas nous dire que c’est une loi de la majorité. On vote à l’intérieur pour regretter à l’extérieur. Les gens doivent arrêter cette politique politicienne.»
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here