PARTAGER

Mes respects Excellence.
Grâce ou amnistie, nous étions nombreux à souhaiter la libération de Khalifa Sall pour la fête de la Tabaski. Heureusement pour vous, vous n’y avez pas accédé, autrement le Peuple souverain verrait la main de votre épouse à qui une contribution avait été adressée sollicitant d’elle d’intercéder auprès de votre haute autorité par la libération de Khalifa.
Et si vous l’aviez élargi, ce Peuple, en toute légitimité, donnerait raison à certains (la plupart des opposants) qui affirmaient que le pays est géré par notre Première dame. Et la polémique aurait enflé. Et pourtant, tout bon homme ne devrait-il pas, pour la prise de certaines décisions d’intérêt général, solliciter l’avis de sa Première dame. Le débat reste ouvert, oh brave fils de Coumba Djaryal Maïrame, papa de Ndèye !
La non-participation de Khalifa Sall à la Présidentielle de 2019 ne signait-elle pas la fin de la procédure judiciaire ? Khalifa Sall (ou ses conseils) est-il (sont-ils) obligé (s) de formuler une demande pour obtenir la grâce (amnistie) ?
Président, ne communiquez pas à votre Peuple, parlez-lui, adressez-vous à lui, car ce Peuple qui est le vôtre a tant envie de savoir ce qui se passe exactement sur l’affaire dite Khalifa Sall, d’être rassuré et assuré sur tant d’autres sujets allant de l’aménagement à la sécurité en passant par le dépassement, la hauteur, la discipline, le civisme, bref le respect ; oui Monsieur le Président, le respect. Et pour ce Peuple, ne devriez-vous pas prendre vos responsabilités ? N’est-il pas l’heure ?
Oh prince de «Barilambé», rien ne vous ébranle, ni vous distrait ! Votre grand père, grand propriétaire terrien, ne nous dirait point le contraire, car les Sénégalaises et les Sénégalais disent généralement «gor caa wakh dja». Et même si vous graciez (amnistiez) Khalifa quelques mois avant qu’il ne purge totalement sa peine parce que Dieu, malgré votre volonté, en aurait décidé ainsi, sachez que vous auriez honoré votre promesse, bien que sa libération en cette période actuelle regorgerait de plus de sens.
Puisse Dieu libérer Khalifa !
En définitive, il n’y a que Dieu dans la politique qui est un ensemble de relations entre êtres humains, êtres humains craignant Dieu et que Dieu est juste. La voix du Peuple, voie du Peuple.
Un Sénégalais qui souhaite de tout cœur voir aboutir votre ambition de faire du Sénégal un pays émergent.
Mohamed DIALLO
Responsable politique Apr Thiès-Ouest

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here