PARTAGER

Ce qui suppose d’ores et déjà une possible confusion qui pourrait obstruer une claire et exacte vision sur les candidats en lice au niveau des électeurs, afin de permettre à ces derniers de pouvoir connaître, en réalité, qui est qui. Déjà, à l’approche de 2019, les déclarations de candidature naissent comme des champignons et chacun y va avec sa méthode ou technique, soit pour convaincre soit pour arnaquer les Sénégalais, surtout ceux friands de politique politicienne. Naturellement, cette prolifération de candidats ne facilite pas la tâche aux Sénégalais dans leur choix pour un bon candidat, un choix qui doit être désormais très judicieux.
Objectivement, si nous avions tiré froidement les leçons, de l’indépendance à nos jours, nous nous aurions bien aperçu que le véritable problème du Sénégal n’est point celui d’un homme, mais plutôt d’un système en panne. Et les deux alternances ont parfaitement montré qu’il n’existe pas d’homme providentiel ou un messie sauveur, surtout dans un système archaïque et sclérosé tel que le nôtre. Et le fait de ne pas tenir compte de cette réalité qui nous crève les yeux et de chercher une alternative crédible à substituer au système actuel, totalement en panne, par l’instauration d’un autre qui divorcera qualitativement et en tout avec celui-ci, c’est, me semble-t-il, faire encore fausse route et persister dans l’erreur.
Pour rappel, les Sénégalais, par trois fois ou tout au moins deux, se sont trompés sur leur choix pour un candidat fiable, pour ne pas dire bon, à savoir en 2000 et 2012. Cette erreur est due, pour une raison majeure et principalement, par faute de n’avoir pas fait le diagnostic exhaustif des régimes passés et retenu les leçons qui en découlaient. Ensuite, de n’avoir pas dressé des critères fiables de valeurs intrinsèques, exigibles aux futurs candidats. Et en lieu et place de chercher les réelles valeurs humaines qui sont attachées à la personne, les Sénégalais étaient plutôt toujours plus préoccupés à dégager, à tout prix, le Président en place sans pour autant se préoccuper le moins du monde si l’arrivant était meilleur et possédait les valeurs humaines requises que l’on recherche chez un bon président de la République. Pour l’histoire, c’est ainsi que Abdou Diouf a été renvoyé en 2000 au profit de A. Wade, mais sans que son bilan n’eut été tiré et ses erreurs, non plus, n’eurent été dressées, en vue d’éviter qu’il en soit de même avec son successeur. Et c’est ainsi que A. Wade a été élu sans que l’on cherche à savoir ou soit sûr qu’il avait bien les qualités requises que nous cherchons à détecter chez un candidat. Hélas, tout ce qui importait donc à ce moment pour les Sénégalais, c’était que Diouf parte dans tous les cas. Finalement, après coup, l’on s’est rendu compte qu’effectivement A. Wade s’était révélé pareil ou même pire, car ses deux mandats ont pratiquement ruiné notre pays, à cause de sa gabegie, boulimie financière et son pillage systématique des ressources du pays à son profit et celui des siens.
En 2012, c’est Me A. Wade qu’il fallait renvoyer. Et là également, au lieu de s’appesantir sur les valeurs intrinsèques de son successeur, c’est-à-dire celles qui permettent à quelqu’un de diriger un pays dans les règles de l’art, avec hauteur et compétence, les Sénégalais ne cherchaient malheureusement encore qu’à dégager A. Wade et rien de plus. Ainsi, pour eux, peu importait la qualité du successeur  de A. Wade ! D’ailleurs, les slogans tels que : Wade dégage ou nadem etc. le confirmaient parfaitement. Alors, comme disait l’autre, les mêmes causes produisent les mêmes effets. C’est ainsi que l’erreur, commise en 2000, ayant été répétée en 2012, a permis à Macky Sall de se faire élire président de la République par défaut ou effraction. Alors, c’est ainsi qu’il est tombé comme un cheveu dans la soupe, parce que la nature a horreur du vide. Et l’on se demande même encore si les Sénégalais ont vraiment tiré les enseignements que les leçons de tout ce qui précède leur dictent ? Nous n’en sommes pas sûrs.
Nous voyons bien que les faits sont récurrents et le constat est aussi constant. Ainsi, à chaque fois qu’une importante et cruciale échéance arrive, comme la Présidentielle, les Sénégalais ont souvent manqué d’attention et de vigilance dans leur choix, parce qu’ils sont uniquement obnubilés ou tenaillés par une seule chose : le départ à tout prix du Président en exercice, au point qu’ils perdent de vue complètement certains facteurs cependant importants et décisifs, en oubliant ainsi l’importance qui consiste à dresser et exiger des critères objectifs, fiables sur les candidats. Ce qui pourrait les guider vers un bon choix et leur éviter de tomber encore dans les erreurs du passé. Certes congédier un piètre président de la République, c’est bien et une tâche utile et importante pour un pays, mais cela ne suffit pas du tout si l’on ne peut lui trouver impérativement un bon successeur dont les qualités et valeurs humaines intrinsèques répondent parfaitement aux souhaits et à l’attente du Peuple sénégalais. D’ailleurs, c’est une tâche permanente et un devoir imprescriptible qui incombe à tous les Sénégalais patriotes qui souhaitent, œuvrent constamment et inlassablement pour que notre pays sorte enfin de son surplace. C’est un challenge devant nous qui vaut bien d’être mené et gagné par les Séné­galais.
Il est évident que tous les candidats qui se déclarent présentement se nourrissent tous, sans doute ni exception, d’ambitions de pouvoir et très précisément de Président. Alors, certains d’entre eux sont peut-être en mesure ou ont la mesure, mais pour d’autres, ce ne sont vraiment que des ambitions démesurées ou de se faire voir. D’ailleurs, les motifs de leur candidature en disent long. Ainsi, voici quelques cas parmi eux :
Par exemple, voici quelqu’un qui, simplement suite à un article de haute facture analysant la situation du pays, publié et largement apprécié par ses compatriotes, a cru être un potentiel candidat à la Présidentielle ;
Pour un autre, suite à sa démission spectaculaire largement médiatisée et considérée par certains de ses compatriotes comme un courage et exemplaire, parce que justement la culture de la démission est méconnue au Sénégal, donc, pour ce fait rarissime, il est un oiseau rare, par conséquent, un motif suffisant qui peut faire de lui un éventuel Président ;
Et pour celui-ci alors, lui se croit né pour être président de la République et en est tellement convaincu, sans que personne ne sache le pourquoi, mais il y croit dur comme fer. Ainsi, toute sa vie ne tourne qu’autour de cette station, tout le reste étant pour lui quantité négligeable. Il est vrai que ce dernier a fait un bref passage au pouvoir, c’est peut-être au cours de ce laps de temps qu’il y a séjourné qui lui a fait prendre goût et est même obsédé par ce poste. D’ailleurs, il ne doit pas oublier quand même qu’il a un sérieux contentieux avec son Peuple, relatif à de l’argent qui jusque-là n’est pas encore élucidé, malgré sa folle ambition. De toutes les façons, cet argent n’est pas à passer par pertes et profits ;
Il y a en outre certains intellectuels qui tentent tardivement d’entrer en politique, mais naïvement, ils pensent que leur seul savoir intellectuel, comme bagage et argumentaire, suffira pour entrer par la grande porte, c’est-à-dire la présidence de la République. C’est une méconnaissance grave pour des intellectuels de la réalité de l’espace politique sénégalais. Ainsi, ils courent de gros risques, si jamais ils y investissaient leurs maigres économies. Ils perdront et leur argent et leur temps sans arriver au Palais. Ceux-là aussi sont parmi les déclarants, en attendant le dernier virage ;
Pour les nantis, à savoir les richissimes du pays, parmi lesquels l’on retrouve certains enrichis illicites qui profiteront de cette occasion pour sortir de leur tanière ou cachette avec leur butin. Ces sinistres individus se présentent curieusement en vue de leur retour au pouvoir pour vouloir nous diriger encore avec l’argent qu’ils nous ont volé. Hé oui, puisqu’au Sénégal, c’est l’argent seul qui fait maintenant la politique et quels que soient sa couleur et son origine. Donc, ils sont convaincus qu’avec le niveau de la caution présidentielle de 65 millions de F Cfa, en plus de la soumission obligatoire des candidats au parrainage, concrètement les honnêtes gens, même avec des valeurs humaines les plus recherchées, mais pauvres ou désargentés, sont pratiquement exclus de cette compétition qui ne devrait pourtant être destinée qu’aux hommes et femmes de valeur. Et l’on peut effectivement affirmer, sans risque d’être démenti, que le prochain président de la République du Sénégal et son régime, risque d’être celui des riches et de la finance. Comme François Hollande l’a récemment reconnu à propos de Macron ;
Il y a bizarrement une candidature hypothétique du fils de son père en exil. Il sera ou ne sera pas mystère boule de gomme ? En tout cas, certains militants du parti de son père et du régime sortant s’accrochent dessus, comme des guêpes et avec une certitude béate sur cette candidature qu’ils proclament comme elle sera belle et bien valable ou validée le moment venu, contrairement aux dires de certains professionnels du droit. Mais le temps étant le meilleur juge, laissons-lui alors le temps ;
Enfin, pour cette dernière catégorie de déclarants, elle ne comporte en fait que des candidats de diversion et ceux qui cherchent à ajouter sur leur carte de visite le titre farfelu d’ancien candidat à la présidence de la République du Sénégal.
Mine de rien, nous avons bien remarqué à l’endroit de tous les candidats que, pour l’instant, ils ne font tous que flatter leur ego de façon exagérée pour ne pas dire qu’ils le sur-dimensionnent. Les Sénégalais devraient avoir assez de tels genres d’individus pour les avoir déjà pratiqués et qui, souvent, ont la folie des grandeurs de se prendre pour des providentiels ou messies, sauveurs de Peuple en naufrage. Les Sénégalais devraient savoir une bonne fois pour toutes qu’aucun individu à lui tout seul n’est capable de redresser un pays qui sombre, s’il n’est pas à la tête d’une équipe performante d’hommes et de femmes pétris de qualités et valeurs humaines, comme la probité, le patriotisme, l’éthique, la compétence et avec comme credo, la volonté politique de sortir leur pays du bourbier dans lequel les régimes passés et le présent l’ont mis.
Nous avons évoqué tout cela pour uniquement donner l’alerte à temps et dire aux Sénégalais que, compte tenu des traquenards dont nous avons été victimes dans le passé avec les deux alternances survenues, ils n’ont plus droit à l’erreur. Dès lors, ils doivent être plus attentifs et s’armer d’une extrême vigilance et de rigueur dans leur futur choix. Oui, avec tout ce que nous avons relaté plus haut, personne ne devrait plus se faire d’illusions ou douter de la présence d’arnaqueurs parmi ces nombreux candidats. Sans doute, comme ceux qui les ont précédés au pouvoir et que nous avons pratiqués, il n’en manquerait pas certains qui, en réalité, ne cherchent qu’à parvenir au pouvoir pour faire comme leurs prédécesseurs, à savoir jouir des délices du pouvoir et jeter toutes leurs promesses par-dessus bord. Souvenons-nous bien des wax waxeet des deux Présidents libéraux des alternances !
Si nous avions pris soin d’analyser de manière approfondie la gouvernance de notre pays de l’indépendance à nos jours, on constaterait aisément et clairement qu’au Sénégal nous avons fondamentalement un problème de système politique qui est maintenant devenu obsolète, voire caduc. Et par conséquent, tant que ce système demeurera tel quel, tout Président élu sur la base de cette Constitution en cours pourrait, s’il le désire, jouir des exorbitants privilèges que celle-ci lui confère et en toute légalité. A moins d’une seule exception, à savoir que ce Président-là n’incarne un patriotisme au-dessus de tout soupçon, démocrate et raisonnable pour juger de son propre chef que l’actuelle Constitution doit être nécessairement modifiée, afin de la rendre plus conforme à une véritable démocratie dans notre pays. Et c’est en cela justement que notre pays a bien besoin d’hommes de vertu, d’honneur, de parole qui traduisent dans les faits exactement tous leurs engagements et promesses pris devant leur Nation en tant que candidats. Mais malheureusement, jusqu’ici en tout cas, cela n’a pas été le cas avec tous les Présidents qui se sont succédé à la tête du pays.
Fort justement, en relation avec cette nécessité absolue de changer notre système politique et institutionnel, nous pensons objectivement que pour gagner beaucoup de temps et aller vite vers cet objectif, nous avons cette opportunité de passer par le raccourci que nous offrent les Assises nationales et la Cnri. Oui, la réforme et refondation de nos institutions sont devenues aujourd’hui incontournables et ne peuvent plus souffrir davantage de retard. A notre avis, tous les candidats doivent nécessairement se prononcer clairement et avec un engagement de foi irrécusable sur cette question fondamentale pour débloquer la situation du pays, notamment en ce qui concerne notre système actuel. A cet effet, pour être judicieux et vraiment pragmatique, nous pouvons exploiter les conclusions des Assises nationales et les recommandations de la Cnri qui sont déjà disponibles, plutôt que de vouloir réinventer encore la roue. Comme on le dit si bien et c’est vrai, aucune œuvre humaine n’est jamais parfaite. Par conséquent, on pourrait sans doute, si cela est jugé nécessaire, leur apporter des améliorations. L’adage nous dit bien : «Un homme averti en vaut deux !»
Mandiaye GAYE – mandiaye15@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here