PARTAGER

La campagne pour le parrainage vient d’être bouclée et commence le moment des dépôts.
Le parrainage a connu son lot d’impairs et de magouilles à tous les niveaux. Que la coalition qui n’a pas fraudé lève la main ! Beaucoup de collecteurs ont reçu des cartes d’identité par WhatsApp avant eux-mêmes de mentionner les informations sur les fiches en imitant la signature des propriétaires.
D’autres, sachant pertinemment que vous avez déjà parrainé, ont insisté pour avoir votre pièce et l’inscrire à nouveau. L’argent a aussi circulé. Des électeurs ont reçu entre 2 500 et 5 000 F Cfa. Cette pratique, contrairement à ce qu’on veut faire croire à l’opinion, n’a pas été seulement utilisée par le camp du pouvoir, l’opposition aussi.
Dans la mouvance présidentielle, c’était la course effrénée aux parrains, à qui mieux mieux. Il fallait pour chacun montrer son poids politique en déposant un nombre acceptable de parrains et devant la presse. Même pour 5 000 enrôlés, il a fallu organiser un point de presse pour la remise.
Faisant le tour dans certains quartiers généraux de candidats, le constat était juste effarant. Certains ont commis des jeunes pour reprendre les fiches de collecte qu’ils jugent eux-mêmes illisibles. Comment feront-ils pour les signatures s’ils ne les falsifient pas ? C’est de la fraude.
Sur les ordinateurs, connectés à internet, des jeunes gens sont préposés à la saisie sans savoir qu’il suffisait du plus petit hacker du coin pour pirater leur réseau et ainsi effacer toutes leurs données la veille des dépôts. «Ndaw thioow !»
Maintenant que le dépôt est ouvert, se posera un certain nombre de problèmes techniques et éthiques. Comment se fera la vérification avec cette nouvelle variable introduite dans le parrainage et absente du fichier électorale : le numéro de la carte nationale d’identité ?
Cette variable introduite lors du parrainage comme élément «discriminant» afin d’éviter que les candidats ne puissent copier le fichier électoral à eux remis lors des Législatives passées n’est pas un élément «constituant» du fichier.
Comment feront-ils pour vérifier si les signatures sont authentiques ?
L’ordre de dépôt a créé un tollé sans précédent devant le Conseil constitutionnel ce lundi 10 décembre avant 00 heure. Cela est dû au fait que certains comprennent parfaitement qu’être le premier à déposer ouvre bien grandes les portes du succès, en tout cas pour la validation de la candidature.
Si vous êtes le premier (1er) à déposer, votre liste de parrains ne sera comparée qu’au fichier électoral pour vérifier la fiabilité de vos données remises. Vous ne serez aucunement confronté aux doublons. Un seul filtre vous sera opposé : la fiabilité avec le fichier.
Maintenant, si vous êtes second (2e), vous serez comparé à la 1ère liste déposée pour éviter les doublons et au fichier pour la fiabilité (2 filtres), etc.
Si vous êtes la vingtième (20e) coalition à déposer, vous serez comparé aux 19 premières listes avant la vôtre pour les doublons et au fichier pour la fiabilité (20 filtres).
En termes de nombre de parrains comparés à votre liste et si chacun dépose 1% du fichier, soit 66 mille 821 parrains :
– le premier à déposer n’aura aucun problème pour les doublons ;
– la liste du 2e sera soumise à 66 mille 821 autres parrains pour vérifier les doublons
– la troisième liste à 133 mille 642 parrains (66 mille 821 parrains x2) ; etc.
– la 20e liste à 1 million 269 mille 599 parrains (66 821×19) pour voir s’il n’y a pas de doublons.
Cela, pour dire que plus vous êtes loin dans l’ordre de dépôt, plus seront grandes vos chances d’avoir des doublons avec d’autres listes et ainsi voir votre candidature invalidée dans les règles de l’art.
Souleymane LY
Spécialiste en communication
julesly10@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here