PARTAGER

Il faudra à chaque candidat au moins 1% des inscrits dans 7 régions

Le Président Macky Sall a tranché la question. Le Conseil des ministres a adopté hier un projet de révision de la Constitu­tion et un autre du Code électoral instituant le parrainage. Toute candidature à la Présidentielle doit réunir au moins 1% des électeurs inscrits dans 7 régions à raison d’au moins 2 000 signatures.

«Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté : le projet de loi portant révision de la Constitution, le projet de loi portant modification du Code électoral…» Voilà deux projets qui suscitent forcément la curiosité. Le Quotidien a appris qu’il s’agit du parrainage, un des points largement débattus entre les différents pôles qui ont participé au Cadre de concertation sur le processus électoral (Ccpe). Il était attendu, après blocage, que le chef de l’Etat tranche. Il l’a fait en attendant leur passage à l’Assemblée nationale. Désormais, toute candidature à l’élection présidentielle, «pour être valable», doit réunir «au moins 1% des électeurs inscrits sur le fichier électoral dans 7 régions du Sénégal, à raison au moins de 2 000 électeurs par région». Si le fichier électoral global avoisine les 6 millions 500 mille inscrits, il faudra à chaque candidat 65 mille «parrains». Il faut souligner que jusqu’ici, seuls les candidats indépendants étaient tenus de recourir au parrainage. Mais là, tous les partis politiques, légalement constitués, devront se soumettre à cet exercice fastidieux de la course aux signatures. Evidemment, la finalité, c’est de décourager les candidatures fantaisistes ou de figuration. Donc, de rationnaliser après la pléthore de listes enregistrées aux élections locales de 2014 et législatives de 2017 et leur coût.
Il faut dire que le pôle de la majorité a dès le début soutenu cette formule du parrainage et défendu la barre de 1% des électeurs inscrits contre la volonté de l’opposition et des non-alignés qui, plus tard, avaient proposé 0,75% des inscrits. Avant de demander purement et simplement le retrait de cette question de parrainage des débats. Et pourtant, la société civile n’était pas loin de cette formule. Elle avait proposé, pour le parrainage par 1 à 4 députés, ou 100 conseillers départementaux ou municipaux ou encore 20 mille signatures pour tout candidat à la Présidentielle. Une option qui n’a pas été suivie.
Alors, quel sera le montant de la caution ? Apparemment, le chef de l’Etat a coupé la poire en deux. S’il n’a cédé à la pression de l’opposition sur le parrainage, Le Quotidien a appris qu’il est dans les dispositions de concéder la diminution de la caution. Et il est possible, alors qu’elle est actuellement de 65 millions, qu’il l’a réduise de moitié. C’était d’ailleurs une des revendications des pôles de la majorité et des non-alignés.

hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here