PARTAGER

Le Pds a finalement exclu hier Pape Samba Mboup et Farba Sen­ghor pour «actes d’indiscipline». Il reste l’équation de Aïda Mbo­dj qui, de plus en plus, s’éloigne de la direction du parti et massifie son mouvement.

Pape Samba Mboup et Farba Senghor ne sont plus du Parti démocratique sénégalais. C’est la décision prise hier à l’issue d’une réunion du secrétariat national de la formation de Abdoulaye Wade. «Après avoir entendu un important rapport du secrétaire général national adjoint sur les actes d’indiscipline des frères Pape Samba Mboup et Farba Senghor, vu l’urgence et en application des statuts du parti, le secrétariat national, après en avoir délibéré, décide l’exclusion définitive de Pape Samba Mboup et Farba Senghor. La présente décision prend effet immédiatement et le bureau politique en sera informé conformément aux statuts», indique le communiqué. C’est aussi évidemment la fin d’un long compagnonnage avec Abdoulaye Wade sans qui cette décision n’aurait jamais été prise. Ces «actes d’indiscipline» ne sont rien d’autre que les multiples attaques et tournées parallèles des deux intéressés depuis quelques mois. On le voyait tout de même venir, car le ton était haut perché au point qu’il fallait que l’une ou l’autre partie prenne l’initiative du divorce. A deux reprises, depuis Versailles, Abdoulaye Wade a averti Mboup et Senghor par deux lettres adressées au Comité directeur.
Dans la dernière en date du 6 mars 2017, le secrétaire général du Pds avait désavoué tous ceux qui contestent le leadership du coordonnateur national adjoint du Pds. «Je félicite et renouvelle ma totale confiance au frère Oumar Sarr que j’ai choisi pour me seconder dans la conduite des affaires de notre parti. Il exécute sa mission avec compétence, loyauté et beaucoup de lucidité et de retenue. Il a mon total soutien», écrivait-il. Et auparavant, Wade accusait, sans les nommer, son ancien chef de Cabinet et l’ancien chargé de la propagande de son parti, d’être de mèche avec le régime de Macky Sall. «Conformément à son habitude, le gouvernement va utiliser les ennemis du dehors- c’est naturel- mais aussi ceux de l’intérieur, tapis et camouflés en notre sein qui vont, sous le prétexte de sauver le parti d’un prétendu risque de phagocytose des fronts et des alliances, entreprendre une campagne de discrédit et d’insinuations sournoises pour saper le moral des militantes et des militants. Mais ceux-ci, formés à l’école d’une opposition qui s’est forgée le temps d’une génération, saura faire face.»

Le cas Aïda Mbodj
Pour l’heure, seuls Pape Samba Mboup et Farba Senghor sont concernés par cette exclusion. Pourtant, Aïda Mbodj et Mohamadou Lamine Massaly ont emprunté le même chemin de la défiance à Oumar Sarr. La présidente du groupe parlementaire des Libéraux et démocrates qui avait dénoncé que la délégation du Pds l’ait écartée de ses tournées poursuit sa «campagne» au nom de son mouvement Alliance nationale pour la démocratie (And). Invitée de l’émission «Toute la vérité» de Sen Tv il y a quelques jours, la responsable de Bambey avait lancé une pique à Oumar Sarr : «Il faut se mettre derrière ceux qui peuvent s’opposer», soulignant qu’elle est (toujours) «en phase avec Wade, en principe». Et dimanche à Mbacké, elle a annoncé avoir décidé de «prendre (son) destin en main à cause du traitement que (sa) formation politique lui a réservé». Et c’était en présence de Pape Samba Mboup et Farba Senghor.

Réaction de Pape Samba Mboup : «C’est le cadet de mes soucis»

Joint par téléphone, Pape Samba Mboup dit l’avoir appris par la presse. «On ne m’a pas encore notifié cette décision. Ce qui est sûr, c’est que c’est le cadet de mes soucis. Je suis en train de jouer à la belotte avec des amis. Demain, il fera jour et on verra. C’est tout ce que je peux dire pour le moment», dit-il. Son ami Farba Senghor, avec qui il mène l’aventure, est resté injoignable.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here