PARTAGER
Macky Sall, président de la coalition Bby.

Pour gagner une élection au Sénégal, il faut contrôler l’électorat des villes comme Touba, Thiès et Dakar. C’est la conviction de Amadou Tidiane Ly, coordonnateur du mouvement politique Gollé ko law/And liggeyel Sénégal qui investissait le Prési­dent Sall samedi, à l’Endss. C’est pourquoi ces souteneurs de Macky Sall s’engagent à s’investir sur cet axe qui, selon eux, est «significatif» en termes d’électeurs. Mais M. Ly et Cie entendent aller au-delà. «Bien que nous ayons notre base naturelle à Matam, nous avons mis le maximum de nos efforts sur cet axe afin de faciliter au président de la République sa réélection au soir du 24 février 2019», déclarent-ils. Le leader de Gollé ko law a aussi exhorté ses militants à retirer leur carte d’identité et à voter «massivement, mais utilement». Il ajoute : «On se bat sur le terrain pour permettre au président de la République d’avoir un second mandat afin de poursuivre son programme de Yonnu yokkuté, gage d’un Sénégal émergent.»
Pour répondre à l’opposition qui déjà crie à une «fraude», le directeur de l’Ecole supérieure polytechnique de l’Université Cheikh Anta Diop parle d’«ignorance» et d’une opposition «en perte de vitesse qui, sentant sa cuisante défaite, cherche des alibis». «Je ne crois pas à l’état actuel de notre démocratie, avec la présence des plus grands corps de contrôle et des organes de presse indépendants, qu’on puisse voler des élections», a-t-il ajouté.
bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here