PARTAGER

En Tunisie, la Cour d’appel a rejeté ce mardi la demande de remise en liberté déposée par ses avocats. Qualifié pour le second tour de la Présidentielle du 13 octobre, l’homme d’affaires Nabil Karoui est poursuivi depuis 2017 pour blanchiment d’argent et évasion fiscale.
Nabil Karoui ne participera pas à la campagne pour les Légis­latives. Ses militants, et notamment son épouse Salwa Smaoui, continueront de défendre ses idées sur le terrain, comme ils l’ont fait depuis début septembre.
Une question reste en suspens : celle de la participation de l’homme d’affaires aux débats télévisés avec son challenger Kaïs Saeid en vue du second tour.
Cette décision de la Cour d’appel maintient par ailleurs l’incertitude sur le statut de Nabil Karoui en cas de victoire à la Prési­dentielle. Et elle laisse planer un doute sur la crédibilité du scrutin.
Au nom du principe d’équité, ces derniers jours en effet, plusieurs voix se sont élevées : son parti, des adversaires politiques et des observateurs internationaux… tous appellent à ce que l’homme d’affaires puisse battre campagne comme les autres candidats.
Même l’instance en charge des élections affiche son scepticisme : «Il est possible que l’intégrité du processus électoral soit contestée», estime Nabil Baffoun, le président de l’Isie.
Interrogé par le quotidien Al Arab, Nabil Karoui annonce qu’il déposera un recours pour inégalité des chances, en cas de défaite au second tour.
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here