PARTAGER

La situation actuelle du Groupe Futur médias, qui connaît une grosse saignée de quelques journalistes et techniciens de l’information, semble faire le bonheur de quelques politiciens. L’une de ces personnes est même allée jusqu’à parler de rats qui quitteraient le navire. Comme si changer d’emploi équivalait à une désertion. Tout cela, parce qu’un politicien a un jour fait dans le raccourci facile, en parlant de transhumance dans la presse. Or à notre connaissance, les journalistes ne jurent pas fidélité à une idéologie ou à une ligne politique en intégrant un organe de presse. Contrairement aux membres de partis politiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here