PARTAGER

Le chanteur Abou Thioubalo n’était pas prévu pour chanter lors de l’inauguration du stade Alassane Djigo. Mais fait insolite, le Président Macky Sall a demandé qu’il prenne le micro pour étaler son art. C’est ce qu’a laissé entendre l’artiste qui remercie le chef de l’Etat pour cette mar­que de considération.

Face à un chronogramme que l’organisation de l’inauguration du stade Alassane Djigo cherchait à réduire à sa plus simple expression en appelant plusieurs artistes à la compréhension du protocole, le Président Macky Sall  avait exigé que l’artiste Abou Thioubalo «preste». Du coup, la joie de ce jeune artiste pouvait être comprise mardi dernier à l’occasion de l’inauguration du stade Alassane Djigo de Pikine. Il ne s’est pas fait prier pour vendre la mèche au public venu en masse assister à l’évènement présidé par le chef de l’Etat. «C’est le président de la République qui m’a demandé de faire un play-back. Ce jour est spécial pour moi. Je n’ai jamais été autant content que ce jour», a confié le chanteur mardi dernier à Pikine, juste après la prestation de son collègue Pape Diouf dont l’apparition sur scène avait été annoncée par le doyen Magib Sène, désigné Maître de cérémonie ce jour. Ressuscité par Youssou Ndour à travers l’album Fattéliku 2, Abou Thiou­balo a trouvé un réconfort à travers l’estime que lui voue le Président Sall et s’identifie, comme lui, à l’ethnie Haal Pulaar.
En perte de vitesse depuis quelque temps après avoir suscité l’espoir d’incarner l’avenir, l’auteur du tube culte Solution trouverait peut-être à travers cet «estime présidentiel» un moyen de relancer une carrière qui semble marcher au ralenti depuis la sortie de son premier album. Si pour cette cérémonie Abou Thioubalo a été parrainé par le chef de l’Etat, la diva Kiné Lam a eu la chance d’être défendue par El Hadji Mansour Mbaye, communicateur traditionnel. Ce dernier a brandi l’argument de la parité pour permettre à la diva de «prester» ce jour-là et d’étaler toute sa classe artistique. Perché dans la tribune officielle au moment où des chanteurs comme Kéba Seck et Yves Niang faisaient leur prestation, l’artiste Pape Diouf a pour sa part eu le privilège de montrer son talent avant le discours du chef de l’Etat. Dans une ambiance colorée aux allures d’un meeting politique, les supporteurs d’Allez Casa ont eux aussi joué leur partition en faisant déguster au public leur riche répertoire tiré des rythmes de la région sud. Pendant ce temps, le 12e Gaïndé déployait les drapeaux aux couleurs nationales comme ses membres ont l’habitude de le faire, en soutien aux Lions.

ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here