PARTAGER

Attaqué dans les médias et les réseaux sociaux et poussant même son père à monter au créneau, Mbaye Niang a répondu à ses détracteurs de la plus belle des manières face au Cap-Vert (2-0). Impliqué dans les deux buts sénégalais, le binational a été l’un des hommes du match.

Un doyen de la presse sportive aime souvent répéter aux jeunes confrères : «Attendez de voir jouer un joueur avant de le critiquer.» En clair, vouloir déjà juger quelqu’un avant de le voir à l’œuvre n’est pas une démarche professionnelle en journalisme. Et ce manque d’humilité risque de poursuivre certains confrères et observateurs qui n’ont pas raté le binational à qui ils reprochaient certains propos ; oubliant que l’essentiel ou la vérité c’est sur le terrain.
Et justement c’est qu’a compris Mbaye Niang qui a répondu à sa manière sur la pelouse de Praia, samedi contre le Cap-Vert.
Lancé dans le bain par Aliou Cissé à la 62e minute, l’attaquant du Fc Torino a apporté un plus à l’attaque sénégalaise par son abattage, sa puissance physique et son culot.
D’abord sur le premier but sénégalais quand sur une passe de Sadio Mané, il s’arrache, décale sur le côté avant d’armer une frappe sèche du pied gauche relâchée par le gardien capverdien et prolongée dans les buts par l’opportuniste Diafra Sakho.
A 1-0, le Sénégal s’offrait un scénario idéal sur le chemin de «Russie 2018». Mais toujours déterminé à apporter sa touche, Mbaye Niang va encore se faire signaler dans les toutes dernières minutes du match. Après avoir surpris la défense adverse par sa vivacité, il offre un petit caviar à Opa Nguette qui bute sur un défenseur avant que le gardien ne sauve son équipe. Il s’ensuivit une mauvaise relance des Capverdiens. A la réception, Cheikh Ndoye ne se fait pas prier pour ajuster le portier des Re­quins Bleus d’une superbe frappe dans la lucarne opposée, signant le but libérateur sénégalais.
Aliou Cissé venait ainsi de s’offrir un coaching gagnant avec les rentrées décisives de Cheikh Ndoye et Mbaye Niang. Ce dernier ayant répondu avec la manière à ses détracteurs.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here