PARTAGER

Un ouf de soulagement pour les étudiants de l’Université virtuelle du Sénégal (Uvs) ! Les 30 mille étudiants vont bénéficier d’une couverture maladie universelle grâce à la signature d’un protocole cadre de coopération entre l’Acmu et l’Uvs. En le signant, l’Uvs vient de satisfaire une vieille doléance des étudiants.

La prise en charge médicale des étudiants de l’Université virtuelle du Sénégal est une vieille doléance qui vient d’être satisfaite. En partenariat avec l’Agence pour la couverture maladie universelle (Acmu), les responsables de l’Uvs ont procédé à la signature d’un protocole cadre de coopération pour la prise en charge de près de 30 mille étudiants. A en croire les explications fournies par la note de presse, ils vont bénéficier des prestations comprenant les paquets de base (au niveau poste et centre de santé) et complémentaire (au niveau des hôpitaux) dans des conditions qui seront négociées et adaptées aux bénéficiaires. Ainsi, les deux parties comptent dans un délai proche mettre en œuvre une prise en charge de proximité de l’ensemble des étudiants, quelle que soit leur localité.
A noter que l’Uvs a une particularité si l’on sait que ses étudiants sont éparpillés un peu partout sur l’étendue du territoire. Comment alors créer une mu­tuelle pour près de 30 mille étudiants dispersés dans tout le pays ? Le directeur général de l’Acmu trouve que ce n’est pas compliqué. Techniquement, il soutient qu’il n’y a pas de difficulté à mettre en place cette mutuelle de santé et à la faire fonctionner. Mieux, il ajoute que plusieurs modalités s’offrent à l’Agence : «Nous avons des techniques avec les cartes qui permettent aux bénéficiaires de se traiter au niveau des structures de santé sans trop de difficultés. Aussi, ces nouveaux adhérents peuvent être pris en charge par les mutuelles déjà en place. Enfin, cette prise en charge peut se faire avec le système informatisé de l’Agence pour la couverture maladie et il y a une portabilité de la Cmu à partir de la carte nationale d’identité Cedeao.»
Quant au financement, l’Uvs assurera une partie des cotisations mais, précise le Professeur Mous­sa Lô, coordonnateur de l’Uvs, «une partie de la cagnotte sera assurée par les étu­diants. Quand on adhère à une mutuelle, il y a effectivement une cotisation. Quand on prétend aussi avoir droit à des prestations, il y a une cotisation demandée aux étudiants». Pour le moment, le montant n’a pas été fixé. Les deux parties travaillent dans la phase technique. Ici, l’enjeu «c’est de voir quelles seront les modalités les plus idoines pour permettre aux étudiants d’accéder à une couverture maladie universelle à moindre coût», souligne Pr Lô.
En tout cas, le représentant des étudiants, venu assister à la cérémonie, applaudit des deux mains. Il estime que cette signature de convention marque le début d’une collaboration entre l’Acmu et l’Uvs. Cette prise en charge sanitaire des étudiants est une «nécessité», ajoute l’étudiant. Aussi, elle va certainement apaiser quelques tensions puis­que celle-ci a toujours constitué des remous au sein de l’Uvs, rappelle toujours Abass Aïda Diallo. Le coordonnateur de l’Uvs, qui s’est réjoui de cette convention, rappelle aussi que dans le passé l’Uvs a quand même fait de son mieux pour subventionner quelquefois la prise en charge médicale car, selon lui, le modèle de l’Uvs ne prend pas en compte la prise en charge sanitaire contrairement aux autres universités qui offrent presque la gratuité des soins à leurs étudiants.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here