PARTAGER

Le maire de Dakar serait privé d’accès à la mosquée de la prison, à la bibliothèque, aux sources d’information et le nombre de ses visiteurs serait réduit à 10 par semaine. Ces informations qui n’ont pas été démenties par le gouvernement n’ont pas laissé de marbre la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh). Cette organisation dirigée par Assane Dioma Ndiaye a saisi hier le ministre de la Justice d’une lettre pour demander l’ouverture d’une enquête dans ce sens. Ce, souligne-t-il, sur la base «des conventions internationales ratifiées par le Sénégal et qui garantissent les droits fondamentaux à toute personne dans le cadre de la détention provisoire à l’exception de la liberté d’aller et venir et l’exigence de la confidentialité qui s’attache à ses prérogatives».
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here