PARTAGER

7 mars 2017- 7 mars 2018, voilà une année jour pour que Khalifa Sall gère les affaires de la ville de Dakar depuis la prison de Reubeus. Le maire devenu député en prison est accusé de détournement de deniers publics et escroquerie entre autres chefs d’inculpation. Le verdict est attendu ce 30 mars.

Pour Moustapha Sy Djamil, député et président de Bess Du Niak, « le juge prendra la bonne décision en assumant la haute dignité de sa mission : protéger l’individu contre une privation de liberté non justifiée».  Ainsi, l’ancien vice-président de l’Assemblée estime qu’il y va de l’image de la justice sénégalaise. Comme la majorité des partis  l’opposition, l’ancien membre de la mouvance présidentielle voit dans l’incarcération de Khalifa Sall, une volonté d’écarter un adversaire politique. «La société est confrontée est la volonté d’un homme impopulaire qui s’accroche au pouvoir, déterminer à gripper le processus électoral et à éliminer ses adversaires les plus menaçants » déclare-t-il dans un communiqué.

Selon le député, Macky Sall est « profondément affaibli et esseulé qu’il tente d’instrumentaliser la justice pour éliminer des adversaires potentiels aux échéances électorales à venir. Il est conscient qu’il n’est pas le maitre du jeu. Il ne l’est même pas dans son propre parti». Le guide religieux parle de « fachosphère qui s’installe » pour expliquer l’expulsion de Khalifa Sall du Parti socialiste.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here