PARTAGER

L’audience de ce jeudi 26 juillet 2018 s’est ouverte sans Khalifa Sall. Qui avait demandé à prendre la parole aujourd’hui. Il doit, selon ses dires, « faire une importante déclaration avant de quitter le procès ».

Pour le moment, il est l’absent le plus présent à la salle 4 du tribunal. En attendant, c’est le directeur financier de la mairie qui est à la barre.

C’est lui-même qui a demandé la parole non parce « ses 17 mois en prison ont eu raison» de lui. Mais il est « victime de ce que Senghor appelait les risques du métier ».

Dans ses propos, l’ambiguïté est de mise. Il a commencé par faire son historique scolaire. Avant d’ajouter que «la caisse d’avance n’a pas de base légale» en expliquant que le décret 2003 du 14 août de la même année abroge toutes les caisses d’avance. Seulement, rectifie-t-il « la mairie de Dakar n’est pas concernée ». Ce à quoi, le juge Kandji opposera : « avec votre niveau d’étude comment pouvez-vous croire qu’une loi s’applique à tout le monde sauf à une tierce ? »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here