PARTAGER

Les fonds politiques n’ont pas pour vocation d’être justifiés. C’est la conviction de l’ancien maire de Dakar qui a confirmé leur existence en prévenant que si on les dévoile, c’est la République qui disparaîtra.

Les témoins cités par la mairie de Dakar ont été aussi entendus hier. Il s’agit de Benoît Sarr, un proche de Ousmane Tanor Dieng qui a préféré donner sa langue au chat sur toutes les questions qui lui sont posées, de Moussa Sy, maire des Parcelles Assainies et de Mamadou Diop «Le maire». L’ancien maire de Dakar soutient que «les fonds politiques ont la même histoire que la commune de Dakar». Il explique : «C’est le décret 2003, portant règlement des finances publiques, qui régit les fonds politiques. Les fonds politiques sont nécessaires pour le Président et pour les communautés locales. Et le propre des fonds politiques est que personne ne peut garder des justificatifs en ce sens que c’est global.» Ce qui l’amène à faire cette mise en garde : «Si on se permet aujourd’hui de les dévoiler, c’est fini pour la République.» Le procureur lui demande alors s’il usait de fausses factures pour utiliser les fonds politiques. «Moi Mamadou Diop ? Je ne réponds pas. On doit oublier les fonds politiques. On ne laisse pas de traces. Vous n’avez pas le droit de me parler comme ça», s’est-il adressé à Serigne Bassirou Guèye. Il donnera tout de même sa définition des fonds politiques : «On vous donne une arme et on vous met sur une chaise.» Au total, souligne-t-il, «il n’y a pas à travers le monde de leader politique qui n’ait pas utilisé des fonds politiques».

Moussa Sy mouille Youssou Ndour, des foyers religieux
Interpellé sur la question de l’existence des fonds politiques, le 2e adjoint au maire de la ville de Dakar, Moussa Sy, a répondu par l’affirmative. «Je connais les fonds politiques issus de la caisse d’avance. En 1996, quand je suis arrivé à la mairie, j’ai entendu parler des fonds qu’on distribuait. Je voyais des enveloppes qu’on remettait à des personnes au Bulding. Ce sont des aides qu’on donnait aux nécessiteux. C’est là que j’ai eu les premières informations sur les fonds politiques», a-t-il expliqué. Le maire des Parcelles Assainies ajoute : «Avec Pape Diop, pendant sept ans, ces fonds j’en ai distribué au moins 10 millions par famille. J’en ai aussi distribué dans tous les foyers religieux du Sénégal Omarien, Yoff, un peu partout, dans tous les parrainages, dans toutes les cérémonies. J’ai distribué au moins 800 millions dans tous les foyers religieux, sauf à Touba où Pape Diop qui est un talibé mouride s’en chargeait. J’ai aussi reçu des enveloppes de Mbaye Touré sous le magistère de Khalifa Sall pour les distribuer aux foyers religieux.» Il ajoute dans ce sens que ces fonds servaient aussi à accueillir des chefs d’Etat étrangers. «On m’avait remis 10 millions de francs pour l’accueil du Roi Mohamed V. Les autorités étatiques n’ont jamais critiqué ces fonds. Tous les hommes politiques en n’ont bénéficié et moi j’en ai bénéficié pour mes activités politiques», avoue-t-il. Invité à confirmer si ces fonds servaient à appuyer les activités culturelles et que Youssou Ndour en a bénéficié, Moussa Sy soutient que c’est la première fois cette année qu’ils n’ont pas reçu de sollicitations du chanteur. «Tous les Bercy, je représentais le maire Pape Diop. Ces fonds ont été dépensés également à Fatick et Diourbel pour des meetings politiques. On distribuait par année au minimum 500 millions. Il y a une année où on a donné 800 millions de francs Cfa aux nécessiteux», ajoute-t-il.

justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here