PARTAGER

Le procès en appel dans l’affaire des faux médicaments de Touba Bélel a été renvoyé au 24 juin prochain. Pour cause : le président de la Cour d’appel de Thiès exige la comparution de Mamadou Woury Diallo, malgré le décret de grâce versé dans le dossier.

Le procès en appel dans l’affaire dite des faux médicaments de Touba Bélel, appelé hier à la barre de la Cour d’appel de Thiès, a été renvoyé au 24 juin prochain. Motif : l’absence de Mamadou Woury Diallo qui a bénéficié d’une grâce présidentielle le 3 avril dernier. La Cour, après avoir requis les observations de toutes les parties, a estimé nécessaire de renvoyer le procès pour citer Mamadou Woury Diallo à comparaître. Une décision qui satisfait l’avocat de l’Ordre des pharmaciens du Sénégal, Me Abdoulaye Babou. «La Cour a dit : ‘’je renvoie pour la citation de Mamadou Woury Diallo’’. Cela veut dire que le décret de grâce qui a été versé dans le dossier, au moment où je vous parle, n’a aucun effet sur cette juridiction qui est la Cour d’appel de Thiès.» Me Babou se dit surtout surpris par l’accord donné par l’Avocat général de renvoyer le procès pour citer Mamadou Woury Diallo. A ses yeux, «cela veut dire que ce décret de grâce qui nous a été montré n’a produit en tout cas, pour l’instant, aucun effet juridique de nature à blanchir dans une certaine mesure Mamadou Woury Diallo». Et pour lui, le 24 juin prochain est une date décisive pour le jugement en appel de l’affaire des faux médicaments de Touba Bélel. «Le greffe va faire son travail en envoyant une citation à Mamadou Woury Diallo à son dernier domicile connu à Kaolack. Très certainement, la citation va revenir et Mamadou Woury Diallo ne va pas comparaître. Alors, la logique c’est qu’il devra être jugé. A partir du moment où il a reçu une citation qu’il ne se présente pas, il sera jugé. Donc, contrairement à ce qu’on peut penser, nous, on est satisfait de la tournure du dossier, pour l’instant», se réjouit-il.
Son confrère Me Khassimou Touré, avocat de Bara Sylla, co-accusé de Mamadou Woury Diallo, a plaidé pour la tenue du procès le 24 juin prochain afin, dit-il, que la vérité éclate. A son avis, son client «ne doit pas subir les avatars, les inconvénients, encore moins les dysfonctionnements du service public de la justice». Il plaide : «Bara Sylla a été jugé à Diourbel. Il a été condamné et il a régulièrement relevé appel et veut être rejugé pour la manifestation de la vérité. C’est une partie au procès. Il faut qu’on se soucie un peu plus du destin et du sort de M. Bara Sylla. Et j’ai tenu à le dire à la Cour qui a renvoyé l’affaire pour citer Mamadou Woury Diallo à comparaître.» La robe noire estime que «ce traitement est important. Malgré la grâce qui lui serait accordée, la Cour a estimé justement, c’est ça l’information, c’est ça qui est important, de citer Mamadou Woury Diallo à comparaître devant cette juridiction pour être juger conformément à la loi». Toutefois, Me. Touré a tenu à préciser : «Ce n’est pas mon opinion personnel, ce n’est pas mon affaire. Mon affaire c’est que mon client a été extrait et présenté à la Cour pour être juger conformément à la loi. Mais aujourd’hui, la Cour a estimé devoir renvoyer cette affaire au 24 juin pour d’une part la citation de Mamadou Woury Diallo, pour qu’il puisse comparaître, et d’autre part, que toutes les dispositions soient prises pour que l’affaire puisse être retenue et plaider.» Les pharmaciens de la région de Diourbel, qui ont été présents à l’audience, demandent aux autorités judiciaires de vider l’affaire. Selon leur porte-parole, Dr Ndiaye Sall du conseil de l’Ordre des pharmaciens, «nous avons des inquiétudes sur le processus de grâce de Mamadou Woury Diallo, mais nous n’allons pas palabrer sur cette question parce que c’est une prérogative du président de la République», dit-on. Toutefois, demande-t-il, «nous voulons que cette affaire soit vidée. C’est ce qui nous intéresse. Et la comparution de Mamadou Woury Diallo le 24 juin prochain va nous édifier sur beaucoup de questions».
Mamadou Woury Diallo a été condamné en première instance par le Tribunal correctionnel de Diourbel à une peine de 5 ans. Il a été reconnu coupable de délits de trafic de faux médicaments, exercice illégal de métier de pharmacien et association de malfaiteurs. Les faux médicaments sont évalués à 1,350 milliard de francs Cfa
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here