PARTAGER

N’eussent été les dénonciations des parents de l’épouse de Abdallah Ba, Moustapha Diatta ne serait pas parmi les accusés. En fait, ces derniers ont saisi la police quand ils ont appris que leur fille, Ndèye Sy dite Penda Keita, a rejoint Abdallah Ba en Libye avec ses enfants. Et pour les parents de cette dame, Moustapha Diatta n’est pas étranger à ce voyage. D’après Similie Keïta, la tante de Penda, c’est Diatta qui a poussé le mari de sa nièce à se rendre en Libye. Et depuis qu’il est parti, Diatta se rendait régulièrement chez eux. Son père, venu d’Espagne, a ainsi porté plainte contre l’accusé Moustapha Diatta, qui sera interpellé au moment de retour d’un recouvrement.
La perquisition de sa maison par les enquêteurs a permis de trouver chez cet agent immobilier des munitions en vrac de calibre 4.5, mais pas l’arme. A quoi ces munitions ont été destinées ? En réponse à cette question du juge, Moustapha Diatta a dit qu’elles sont destinées à la chasse des pigeons. Il dit avoir acquis légalement le fusil Hatsan 135 à l’armurerie après avoir eu des renseignements du Major. Pour l’arme en question qui n’a pas été retrouvée chez lui, l’accusé déclare l’avoir vendue à un de ses beaux-frères.
A propos du départ de Abdallah pour la Libye, Mous­tapha Diatta reconnaît que ce dernier lui en avait parlé en lui disant qu’il voulait aider sa famille. «Je lui en avais dissuadé parce que j’avais un ami qui est mort sur la route de la Libye», se défend-il. Diatta pense que ce voyage a été financé par son ami Abdallah Dièye, qui aurait vendu pour cela son terrain. En tout cas, tous les deux sont morts en Libye. Et quand il a appris leur décès, Moustapha Diatta a commencé à apporter de l’aide à la femme du sieur Dièye qui était établie à Kaolack. Il avoue aussi avoir connu l’accusé Décole Ndiaye avec qui il a des amis communs.
Quant à Abdouraham Mendy, il l’a connu, dit-il, en 2015 lors du baptême d’un frère aux Parcelles Assainies. «Il ne cachait pas ses intentions jhadistes. D’ailleurs, on l’accusait de publier des images de terroristes morts sur facebook. Depuis qu’il est parti en Libye, nous ne sommes qu’ une seule fois entrés en contact sur facebook», a-t-il ajouté.
L’accusé déclare n’avoir rencontré Imam Ndao que quand il est venu rendre visite à Abibatou, l’épouse de Abdallah Dièye. Il conclut qu’il n’a jamais eu l’intention d’aller en Libye, parce qu’ayant deux familles à nourrir.

justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here