PARTAGER

C’est comme ci les 2 camps de parlent pas la même langue. Quand le ministère publique estime que la demande de seconde lecture du délibéré instruisant 4 avocats à représenter la maire est suspensive, la défense de son coté tire sur le caractère « partisan » du préfet de Dakar. En résumé, les conseillers de Khalifa pensent que le conseil municipal n’avait pas besoin de délibérer pour se constituer partie civile parce que seule la mairie est victime. Pendant ce temps, les avocats de l’Etat  » demande au respect de la Constitution ». car, estiment-ils, la demande de seconde lecture du préfet motivée par l’absence de motifs clairs suspend le délibéré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here