PARTAGER

Magatte Diop ne dirigera plus les débats du procès de Khalifa Sall qui reprend aujourd’hui. Le président du Tribunal régional de grande instance hors classe de Dakar, Malick Lamotte, qui dirige le procès de l’imam Ndao et Cie, a décidé, selon des sources judiciaires, de «prendre en main» le dossier. Magatte Diop devient, cependant, avec Hamath Sy, assesseur aux côtés de Lamotte. Un changement dans la composition qui suscite quelques commentaires. «Il n’y a rien d’extraordinaire dans cela. Le président du Tribunal de grande instance peut présider n’importe quel procès», soupire-t-on. Il semblerait qu’une réunion s’est tenue dans ce sens entre le président Lamotte et les avocats de Khalifa Sall sur cette nouvelle composition. Les mêmes sources confient que le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, pourrait lui-même siéger ce matin. «En général, c’est ce qui se fait lorsque le président du Tribunal lui-même prend le dossier parce que dans l’ordre administratif, c’est son vis-à-vis. On l’a vu par le passé dans l’affaire Ibrahima Sène du Pit où Demba Kandji était président et le défunt procureur Lamine Coulibaly avait lui-même représenté le Par­quet», explique un avocat. Dans tous les cas, Khalifa Sall devrait faire face à un Tribunal relevé avec des juges et un procureur expérimentés. Et c’est peut-être l’enjeu qui en vaut cette composition.
Aujourd’hui donc, le Tribunal devrait trancher, sauf un nouveau renvoi «possible» du procès, sur la constitution de Me El Hadji Diouf. Et il faut dire qu’il a peu de chance que sa requête pour défendre le maire de Dakar passe puisque la loi dispose que son statut d’ancien député ne lui autorise pas de s’opposer à l’Etat pendant un certain temps.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here