PARTAGER
Amacodou Diouf, président du Congad.

Le Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement œuvre pour une meilleure implication des femmes dans la mise en œuvre de l’agenda 2030. A travers son Réseau genre et développement, le Congad a réuni une cinquantaine de plénipotentiaires d’organisation de promotion féminine du Sénégal, afin de renforcer leurs capacités sur le suivi de l’agenda 2030. Ce consortium d’Ong entend accroitre le niveau d’information et de participation de ces dernières dans le cadre de la mise en œuvre et du suivi des Objectifs de développement durable (Odd).
A ce propos, précise Amacodou Diouf, président du Conseil d’administration du Congad, «il fallait que le Sénégal, à travers sa Société civile et en rapport avec son gouvernement, puisse travailler à renforcer les capacités des femmes à pouvoir développer des engagements dans le cadre du suivi des Odd qui portent le destin du monde. C’est pour cela que nous avons tenu à organiser cet atelier à la suite d’autres ateliers qu’on a tenus dans le processus de suivi des Odd. Nous voulons faire de telle sorte que nous disposions d’information capitale dans le cadre de la préparation de la revue annuelle que nous faisons sur le suivi des Odd, afin d’avoir au moins un document de contribution par rapport au document national ; mais également disposer partout au Sénégal d’une voix des Odd et qu’il y ait un dispositif décentralisé qui prenne en charge la problématique du suivi des Odd. En effet, il s’agit de lutter contre la pauvreté, de lutter contre les inégalités».
Les Odd ont été adoptés en septembre 2015 par 193 pays membres des Nations unies dont le Sénégal, à la suite des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd). Ils constituent, selon les experts, «un plan d’action pour la paix, l’humanité, la planète et la prospérité, nécessitant la mise en œuvre de partenariats multi-acteurs. Ils ambitionnent de transformer nos sociétés en éradiquant la pauvreté et en assurant une transition juste vers un développement durable d’ici 2030.
Le principe des Odd est de ne laisser personne en rade dans sa mise en œuvre et son suivi, notamment les populations les plus vulnérables».
C’est pourquoi, estime Ciré Lô, «le renforcement de l’engagement des femmes dans ce processus est important». Car pour le directeur de Cabinet du ministère de la Femme, de la famille, du genre et de la protection des enfants, «si l’objectif est d’arriver en 2030 à des sociétés ouvertes, pacifiques et inclusives, les femmes ont un rôle important à y jouer à côté des hommes. Donc, il est important de les outiller dans le portage des objectifs et des enjeux, mais également dans la bonne lecture des indicateurs et de l’ensemble des obstacles qui peuvent gêner cette évolution».
Les communications au cours de cet atelier de deux jours, porteront sur, entre autres, la présentation des Odd et du cadre harmonisé de suivi des indicateurs…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here