PARTAGER

La Convergence des jeunesses républicaines (Cojer) a mis en place une structure dénommée Plan stratégique pour l’élection de Macky Sall en 2019 (Pse-Macky 2019). L’objectif de celle-ci vise à réélire le président de la République au premier tour de l’élection présidentielle de 2019. La cérémonie de partage du document, avec les membres du Secrétariat exécutif national du parti, s’est déroulée hier après-midi en présence d’une pléthore de responsables de l’Apr.

La réélection du Président Macky Sall tient à cœur la Convergence des jeunesses républicaines (Cojer). Selon les Jeunesses républicaines, c’est dans une démarche inclusive et participative des jeunes des 45départements du Sénégal et de la diaspora que le Plan stratégique pour la réélection de Macky Sall en 2019 (Pse-Macky 2019) a été a élaboré. Mieux, soutiennent-elles que celui-ci, articulé autour de quatre axes prioritaires que sont la formation, l’emploi, le social et la massification du parti, sera matérialisé dans les bases respectives.
Selon la coordonnatrice de la Cojer, Thérèse Diouf Faye, la réélection de leur mentor est un impératif. Car, à son avis, les multiples réalisations du régime en place dans le cadre du Plan Sénégal émergent, référentiel de la politique de développement économique et social durable de notre pays, et les projets et programmes en cours de réalisation, notamment le Pudc, la Cmu, les Bourses de sécurité familiale, le Promovilles, entre autres, sont autant de raisons pour que la jeunesse s’érige en bouclier pour assurer un second mandat à Macky Sall.
Les Républicains interpellent les responsables de leur parti à être motivés, renforcés et formés pour pouvoir disposer de plus d’autonomie et d’efficacité pour faire face aux défis politiques de l’heure. Ainsi, elles s’engagent résolument  à freiner «les charlatans politiques» qui, disent-ils, n’ont que les réseaux sociaux et les médias pour se faire une identité.
En abordant la question du dialogue politique national, face à la presse, Thérèse Faye se félicite du record de partis politiques présents (121 partis) mais fustige également l’attitude de certains chefs de parti qui n’ont pas répondu à l’appel.
«S’il y a des chefs de parti qui optent pour la politique de la chaise vide, cela n’engage qu’eux. Nous les attendons de pied ferme parce qu’il était question des élections, du fichier entre autres points», avertit-elle. Avant d’ajouter : «Ce qui était plus adéquat et plus élégant pour elle, c’était de répondre à l’invitation et donner son point de vue. C’est une démarche qui n’est pas du tout logique.»
La coordonnatrice de la Cojer a félicité les autres partis, lesquels ont compris, selon elle, que l’intérêt et le renforcement de la démocratie sénégalaise se trouvent dans le bon déroulement de ce dialogue.
 bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here