PARTAGER

Le sélectionneur national, Aliou Cissé, a convoqué une liste de 25 joueurs pour la dernière journée des éliminatoires de la Can 2019, prévue le 23 mars au stade Lat Dior, à Thiès. Mais également, pour le match amical contre le Mali, le 26 mars, toujours à Thiès. Un groupe dans lequel on retrouve beaucoup de jeunes joueurs, mais également le retour de certains anciens de la Tanière. En conférence de presse hier pour la publication de la liste, le sélectionneur est revenu sur les deux matchs, a évoqué les raisons de ses choix, sur la délocalisation du match de Dakar à Thiès, ou encore du transfert avorté de Idrissa Gana Guèye au Paris Saint Germain.

LISTE
«Nous sommes là encore pour le prochain match contre Madagascar, le 23 mars à Thiès et comptant pour la 6e journée des éliminatoires de la Can 2019 qui aura lieu en Egypte. Pour ce match et celui amical contre le Mali qu’on va jouer le 26 mars toujours à Thiès, ce sont 25 joueurs qui ont été sélectionnés. Comme vous le constatez, il y a de nouveaux jeunes joueurs qui intègrent le groupe. Il y a aussi des retours. Comme on vous l’a toujours dit, dans notre philosophie, c’est partout où il y a joueur sénégalais capable de nous apporter un plus, tout en gardant, bien sûr, l’ossature du groupe, être dans la continuité, mais aussi s’ouvrir à d’autres garçons. C’est le cas de Krépin Diatta, Djaly Ndiaye, un garçon qui a fait de très bonnes choses lors de la Can U20. C’est une occasion pour le féliciter et l’encourager, mais aussi donner un signal fort aux autres jeunes. Qu’ils comprennent que l’Equipe nationale n’est pas fermée pour eux. Il y a vraiment un travail de suivi de la petite catégorie. Loum Ndiaye, c’est aussi un jeune arrivant qui a fait ses pas en petites catégories. C’est un garçon que je connais très bien. Je fais partie des entraîneurs qui lui ont donné la chance d’être un jeune international avec l’équipe olympique, en le faisant venir de Ouakam. Il a un gros volume de jeu. C’est important de regarder ces jeunes-là, de voir leur évolution. Pour Sada Thioub, c’est un garçon qui a toujours réclamé fort son désir de venir jouer pour l’Equipe du Sénégal. Je n’ai pas eu du mal à le convaincre. Il joue en première division en France, à Nîmes. J’ai eu une discussion très intéressante avec lui. Il évolue à un poste où il y a énormément de concurrence aussi. Pour un entraîneur, c’est intéressant d’avoir d’autres options. Nous verrons comme il va s’adapter à ce football africain qui est très exigeant, dans des conditions souvent très difficiles, des pelouses difficiles, des voyages souvent compliqués. Pour cela, il faut un état d’esprit exceptionnel pour évoluer en Afrique. Pour le cas de Santi, il n’avait pas eu beaucoup de temps de jeu, la dernière fois que je l’ai sélectionné. C’est un garçon intéressant. On a vu qu’il avait de la qualité. Il évolue maintenant à Nancy et fait de très bonnes choses. Il est gaucher, a quelque chose de différent de ce que nous avons. Il est capable de distiller des ballons, de jouer à gauche, à droite, derrière l’attaquant, en défense. Il a beaucoup de facettes. C’est important d’avoir des joueurs de ce genre avec nous.»

RETOUR DE PAPE ALIOUNE NDIAYE
«C’est un habitué. Il a fait la Coupe du monde avec nous. C’est un garçon qui connaît la maison, qui est dans un grand club qui s’appelle Galatasaray où il y a énormément de pression. Depuis le début de la saison, il fait quand même des choses intéressantes. Il était important de le ramener, de voir comment ça se passe pour lui.»

ABSENCE DE KHADIM ET KARA
«Il ne faut pas avoir la mémoire courte. Khadim avait disparu des sélections avant que je n’arrive. C’est moi qui l’ai ramené. Je l’ai imposé en tant que numéro un. J’ai entendu toutes les critiques à cette époque-là. Aujourd’hui, on a décidé d’avoir une autre façon de penser. On a un garçon comme Edouard Mendy qui fait des choses intéressantes, des jeunes gardiens de but pour rajeunir un peu l’équipe. Mais il n’y a rien de personnel avec Khadim. C’est un garçon exceptionnel. On a toujours eu de très bons rapports. Con­cernant Kara Mbodji, c’est pareil. De temps en temps, il m’arrive de lire la presse et de voir ce qui s’y passe. Lui-même a dit qu’il est parti à Nantes et il n’a pas beaucoup joué. Mal­heureusement, ça ne s’est pas bien passé avec l’entraîneur. Il est revenu à Anderlecht. J’ai lu qu’il disait être revenu pour aider son nouveau club, mais aussi retrouver son meilleur niveau. Donc, j’attends juste qu’il retrouve son niveau de jeu. La porte n’est fermée à personne.»

ENJEU CONTRE MADAGASCAR
«C’est un match à gagner. Effectivement, nous sommes premiers de cette poule, quoi qu’il arrive. Mais nous avons envie de rester dans une continuité de victoires parce qu’en gagnant, on construit, en perdant, on détruit. Donc, c’est important d’avoir cette mentalité de gagneur. Ce match, nous le jouerons avec beaucoup de professionnalisme. Hors de question de nous relâcher. C’est l’occasion aussi de donner un peu plus de temps de jeu à certains joueurs. Pour le match contre le Mali, c’est un derby. Même si c’est un match amical. Le Mali est un voisin. Ce ne sera pas un match facile. Avoir l’occasion de jouer le Mali chez nous, c’est intéressant. Je ne voulais pas que l’équipe se déplace parce que nous sommes dans une période difficile.»

JOUER A THIES
«C’est vrai qu’on n’est pas habitués. Je pense qu’on ira là-bas pour s’adapter. Et comme je dis, l’Equipe nationale du Sénégal ne doit pas seulement évoluer à Dakar. C’est bien de délocaliser certains matchs parce que les populations ont aussi envie d’être à côté de leur équipe. Aujourd’hui, c’est Thiès, demain Ziguinchor, Kaolack… C’est l’essence même d’une Equipe nationale.»

GANA AU PSG
«En général, je n’ai pas de conseils à donner à un joueur en matière de transfert. Ils ont un entourage qui travaille pour eux et qui les conseille bien. C’est vrai que, parfois, il arrive qu’un joueur m’appelle et je lui donne mon avis sur la chose. Maintenant, je suis d’avis que dans le football moderne d’aujourd’hui, mieux vaut être dans la stabilité et la continuité. Pour le cas de Gana Guèye, on aurait aimé tous le voir au Paris Saint Germain. C’est un club que je connais. Pour Gana, cela aurait pu être quelque chose d’exceptionnel. Ce n’est pas fini. S’il continue à être performant avec son club et avec l’Equipe nationale, son heure viendra pour un grand club. C’est ce qu’on lui souhaite. Jouer la Champions League peut être intéressant. Etre dans un championnat où il peut évoluer dans une équipe dominante, qui joue le haut du tableau, c’est tout le mal que je lui souhaite.»

OBJECTIF APRES NOUVEAU CONTRAT
«Il y a eu beaucoup de débats sur ce contrat. D’habitude, un contrat est personnel. Mais dès que j’ai signé, le lendemain tout le monde était au courant. Mais, au-delà d’un contrat, je suis un compétiteur. Les objectifs, c’est moi-même qui me les assigne. J’ai envie de gagner. On n’a pas besoin de me dire qu’il y a une chose qui est écrite. J’ai un groupe exceptionnel où il y a de vrais compétiteurs qui rêvent de cette Coupe d’Afrique. Tout le monde en rêve. Nous travaillons depuis 2015 sur ça. On n’a pas besoin d’un contrat pour être motivé. Gagner, c’est ce qu’on veut. Nous nous battons pour ça. Nous faisons des sacrifices pour ça. Nous allons nous remobiliser et regarder devant. Ce sera une compétition difficile, mais notre équipe arrive à maturité. Le Sénégal ne doit avoir peur de personne. Nous sommes forts, nous sommes conscients de ce que nous sommes en train de faire, malgré qu’en face de nous, il y aura une dizaine d’équipes qui auront leur mot à dire.»

REGROUPEMENT
«Nous nous regrouperons à partir du lundi 18 mars. Le camp de base sera à Saly. On utilisera les installations de Diambars comme d’habitude. On va s’entraîner dans les meilleures conditions. Je pense que sur cette semaine-là, il y aura un entraînement par jour parce que nous serons au mois de mars. Et comme vous le savez, durant cette période, il y a beaucoup de joueurs qui jouent des moments importants. Certains vont monter, d’autres vont descendre. Il y a aussi ce problème physique. Ce sont des périodes très compliquées pour nos joueurs. Donc, on va alléger un peu les entraînements, d’autant plus qu’on a deux matchs. Peut-être qu’on s’entraînera à Thiès, la veille du match. Le stade Lat Dior, on ne connaît pas. Donc, on a nos habitudes plutôt au stade Senghor. Je crois que pour un footballeur professionnel, il est important de s’adapter dans n’importe quelles conditions pour pouvoir réaliser de grosses performances.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here