PARTAGER

A travers une convention signée avec l’Etat du Sénégal hier, Gemalto/Face technologies va produire 3 millions de titres de transport et 4 formats de plaque d’immatriculation sur une période de 10 ans. Ce projet qualifié de «révolution technologique» sera entièrement financé par le consortium à plus de 9 milliards de francs Cfa.

Le ministère des Infras­truc­tures, des transports terrestres et du désenclavement a signé jeudi avec le consortium Gemalto/­Face technologies une convention de «concession pour la production et la gestion de titres de transport routiers, biométriques, sécurisés ainsi que la production et la pose de plaques d’immatriculation sécurisées». L’objectif de ce projet est de lutter contre les fraudes liées à la non-sécurisation des supports utilisés pour la production de titres de transport, mais aussi l’absence d’interconnexion des différents acteurs entraînant d’importantes pertes de recettes pour l’Etat. Le gouvernement veut aussi éradiquer l’absence d’un dispositif de centralisation et de vérification de l’intégrité des données et l’impossibilité de produire des statistiques fiables en temps réel.
Ce programme d’envergure, étalé sur 10 ans, va mobiliser plus de 9 milliards de francs Cfa entièrement supportés par Gemalto/Face technologies. Ce groupement, fort de 125 ans d’expérience dans le domaine, d’après son vice-président Afri­que chargé des programmes gouvernementaux, Charles Mevaa, va se charger d’«enrôler et identifier les Sénégalais pour fabriquer des titres de transport sécurisés avec différentes technologies qui sont parmi les plus avancées dans le monde, mais aussi pour faire des plaques d’immatriculation sécurisées, distribuer des titres de transport et aider à en vérifier l’authenticité».
Avec la recrudescence des accidents de la route qui coûtent au Sénégal près de 2% de son Produit intérieur brut (Pib) par an, la problématique de la sécurité routière est devenue un enjeu national d’une extrême priorité. «Il s’agit d’une plateforme moderne, ouverte et évolutive permettant de prendre en charge tous les métiers liés au transport routier et une plateforme intégrée d’enrôlement et de production des titres de transport et de plaques minéralogiques», s’est réjoui Mansour Elimane Kane, ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement.
Au total, plus de 3 millions de titres dont 8 types de titre de transport seront produits et 4 formats de plaques d’immatriculation, informe M. Mevaa. «C’est une véritable révolution technologique en réalité qui va mettre le Sénégal à l’avant-garde dans le monde en matière de qualité, de fiabilité, mais aussi de sécurité dans le transport», souligne-t-il, annonçant que «17 sites régionaux d’enrôlement et de remise des titres vont être soit construits, soit rénovés».
Enfin, s’engage Gemalto/Face technologies, «plus de 2 000 équipements seront remis aux forces de police et de gendarmerie et une centaine d’emplois seront créés».
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here