PARTAGER

Les stocks de céréales appelés à atteindre de nouveaux sommets. La production mondiale de céréales pour 2017 devrait finalement, atteindre les 2 612 millions de tonnes, selon l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao).

L’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) a de nouveau revu à la hausse ses prévisions concernant la production mondiale de céréales pour 2017. D’après l’organisation spécialisée du système des Nations Unies, les stocks «devraient finalement atteindre les 2 612 millions de tonnes, soit, selon le Bulletin de l’offre et de la demande de céréales, également publié aujourd’hui (le 5 octobre), presque 7 millions de tonnes de plus que le record atteint en 2016».
La Fao précise que «les prévisions établies pour septembre ont été revues à la hausse sur la base de tendances anticipant une production de blé stable dans l’Ue (Union européenne) et en Russie et sur les productions de maïs attendues en Chine et aux Etats-Unis».
Ainsi, lit-on dans un communiqué, «la Fao prévoit maintenant que 750,1 millions de tonnes de blé, 1 361 millions de tonnes de céréales secondaires et 750,1 millions de tonnes de riz soient récoltées en 2017, soit légèrement moins que lors des premières prévisions, ces dernières prévisions se rapprochent cependant  de la production record de l’année dernière».
D’ici la fin de la saison 2018, ajoute l’Organisation des Nations-Unies, «les stocks mondiaux de céréales devraient atteindre «un nouveau record de 720,5 millions de tonnes. Cela porterait le ratio stock-utilisation de céréales (un indicateur de l’orientation des prix) à 27%, à savoir bien au-dessus de la baisse historique des 20% enregistrée il y a exactement une décennie».
Le ratio concernant le blé est encore plus élevé -34,6%- en raison de l’accumulation de stocks en Chine et en Russie».
Quid du commerce mondial de céréales ? La Fao renseigne par ailleurs, qu’il «devrait légèrement augmenter au cours de l’année commerciale pour atteindre les 403 millions de tonnes, un nouveau record, qui s’explique en grande partie par des importations de maïs plus importantes de la Chine, de l’Ue et de l’Iran. Alors que la Russie devrait être amenée à consolider son rôle de plus important exportateur de blé au monde, l’Argentine et le Brésil devraient être les principaux bénéficiaires de la bonne forme du commerce mondial de céréales secondaires».
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here