PARTAGER

Au troisième  trimestre de 2016, le Produit intérieur brut (Pib), en volume, a progressé de 6% par rapport à la période correspondante de 2015. Cette évolution résulte de la hausse simultanée de l’activité économique dans les secteurs primaire, tertiaire et secondaire, rapporte l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd).
L’activité du secteur primaire a crû de 7,7%, par rapport au même trimestre de l’année 2015. Les statisticiens expliquent «cette performance par la hausse de la valeur ajoutée dans l’ensemble des sous-secteurs du primaire particulièrement, les extractives estimées à 24,4% et la pêche, 15,8%. Durant cette période, les activités agricoles et d’élevage ont progressé, respectivement, de 5,7% et 4,0%». Ils indiquent que la bonne tenue de l’activité dans la branche «ex­trac­tive» est imputable aux performances réalisées dans l’extraction de phosphates évaluée à 48,5% et dans la production d’or en quantité qui s’est bonifiée de 48,7%.
L’augmentation de la valeur ajoutée de la pêche est liée à la progression des débarquements de la pêche artisanale de 14,5% et celle de la pêche industrielle de 19,5%.
S’agissant de la valeur ajoutée du secteur secondaire, elle s’est accrue de 3,9% au  3e  trimestre de 2016, par rapport au même trimestre de l’année 2015. A l’exception des industries alimentaires, dont l’activité s’est rétractée (-8,3%), souligne l’Ansd, il est noté une hausse de la valeur ajoutée dans toutes les autres branches du secteur, principalement au niveau des industries chimiques pour un taux de 44,9%. Pour les collaborateurs d’Ababacar Sadikh Bèye, directeur de l’Agence, «la progression de la valeur ajoutée des industries chimiques est liée à une bonne orientation de la production chimique de base qui a doublé durant la période sous revue». Quant à la baisse de la valeur ajoutée des industries alimentaires, disent-ils, «elle est imputable aux replis respectifs des activités de «Trans­for­ma­tion et conservation de poissons, crustacées et mollusques» de 24,2% et de «Fabrication de corps gras» de 89,9%».
Concernant la valeur ajoutée du secteur tertiaire, elle s’est améliorée de 6,2%, en glissement annuel. Et d’après l’agence, «ceci est le résultat de l’accroissement de l’activité dans la quasi-totalité des branches qui composent le secteur, en particulier celles du transport de 29,5% et du commerce de 10,5%». Toutefois, précise ce département du ministère de l’Economie, des finances et du plan, «la croissance de ce secteur a été limitée par la baisse de l’activité des postes et télécommunications de 7,8%.
L’augmentation de la valeur ajoutée du transport est expliquée principalement par le relèvement de 53,7% du chiffre d’affaires des auxiliaires de trans­port et transports maritimes. Quant au recul de la branche des postes et télécommunications, il s’est traduit par un repli de son chiffre d’affaires en liaison avec l’utilisation grandissante des applications libres sur internet (Viber, WhatsApp…)».
Par ailleurs, renseigne l’Ansd, «il est observé un relèvement de 7,1% des taxes nettes sur les produits au cours» du troisième trimestre de 2016.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here