PARTAGER

Fakeba, c’est son nom de scène. Née d’une mère peulh et d’un père mandingue, la jeune artiste au style singulier a débuté la musique en 2007 en pratiquant la guitare. Apres avoir  fait des chœurs d’album pour plusieurs artistes, cette chanteuse et styliste à ses heures perdues, entame une carrière solo et fait de la musique électronique. Avec ce choix musical, la «reine d’Afrique» comme on l’appelle affectueusement, souhaite conquérir le monde en faisant découvrir aux mélomanes ce qu’elle fait, pour mériter ce titre de reine.

Originaire de la Casamance, d’une mère peulh authentique et d’un père mandingue, Fakeba  a fait ses premiers pas dans la musique en 2007. Elle a fait les chœurs d’album avec beaucoup d’artistes comme Benz Net, Ali Beta, Dsc 5, Carlou D, Habib Faye, Sun Souley, Kemit entre autres. L’artiste qu’elle est, pratique de la musique électronique, du Pop Senth, de l’électronique danse musique (Ebm), et du New beat. «J’ai eu à travailler avec pas mal d’artistes internationaux et ici au Sénégal. J’ai fait également beaucoup de publicités. La musique m’est venue comme ça, c’est un don en moi. J’ai commencé à apprendre la guitare et c’est là que tout a commencé», confie-t-elle.
La jeune chanteuse aux allures de mannequin, avec un style singulier et mine de gamine, veut grâce à la musique électronique, conquérir le monde. Sa musique est peu connue des Sénégalais, et pourtant Fakeba compte en faire sa pierre de lance. Elle veut la promouvoir en Afrique, notamment au Sénégal. «On veut faire découvrir au peuple du monde ce que nous sommes en train de faire, en faisant découvrir aux Sénégalais la musique électronique», dit-elle, avec assurance. Mais dans un Sénégal, où le mbalax domine toutes les musiques, arrivera-t-elle à gagner une place avec ce rythme importé d’ailleurs?  « Je ne veux pas dire que je n’aime pas le mbalax. J’aime beaucoup et je respecte, mais je préfère suivre ma tendance qui est la musique électronique. Surtout que la musique n’a pas de frontière», avance-t-elle, sourire aux lèvres.

Créatrice de mode
Pour son manager, Samba Diaite, il n’est pas exclu que Fakeba fasse du mbalax. Toutefois, ce qu’ils veulent pour l’heure, «c’est se lancer avec une musique qui va leur permettre de conquérir le monde avec une ouverture d’esprit». « S’ouvrir  sur le monde c’est accepter ce que fait l’autre. Si elle  fait ce que les autres font déjà, en quoi sera-t-elle une reine. Nous on veut qu’elle soit une reine», explique Saba Diaité, qui fait remarquer que pour l’instant seule sa protégée «fait de la musique électronique». «Au Sénégal, personne ne l’a fait avant en live et par rapport au style, elle est déjà la première donc ça offre une singularité», insiste-t-il. Outre la musique, Fakeba est aussi une créatrice de mode qui a sa propre marque, baptisée Fakeba. «C’est facile d’alterner les deux car c’est la même chose, ce que je porte c’est moi qui le crée», fait-elle savoir. Pour l’heure, son ambition est de mieux se faire découvrir et faire connaître sa musique. Pour cela, Fakeba prévoit une tournée nationale, dans les 14 régions du Sénégal.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here