PARTAGER

Les auditeurs de la 2ème session du Programme de formation en sécurité nationale du Centre des hautes études de défense et sécurité (Cheds) ont reçu leur diplôme, mardi. Ils sont 17 récipiendaires dont 5 officiers supérieurs de la gendarmerie et des sapeurs-pompiers.

«Le Programme de formation en Sécurité nationale devrait contribuer, de façon significative, à mettre progressivement à la disposition de l’Etat et du secteur privé, des ressources humaines de qualité disposant de l’expertise nécessaire pour appréhender les phénomènes sociaux et politiques afin de favoriser la prise de décisions efficaces dans les domaines de la sécurité.» C’est la conviction du ministre des Forces armées, Me Sidiki Kaba. En effet, il a présidé, mardi, la cérémonie marquant la clôture officielle de la session 2019, 2ème du genre du Programme de formation en sécurité nationale du Centre des hautes études de défense et sécurité (Cheds). Ils étaient 17 récipiendaires dont 5 officiers supérieurs de la gendarmerie et des sapeurs-pompiers à recevoir leur parchemin. Parmi les auditeurs, il y a aussi des cadres civils. Durant 5 mois, ils ont suivi une formation sur la géostratégie, la géopolitique, sur les enjeux et défis sécuritaires en Afrique, la problématique de lutte contre le terrorisme.

Ce diplôme, selon le ministre des Forces armées, ouvre des perspectives dans les études et la recherche en matière de défense et de sécurité, à l’échelle nationale, sous-régionale et continentale. L’anticipation et la prévention des crises, d’après lui, ont aujourd’hui pris une autre dimension au vu de la complexité de la situation sécuritaire actuelle sur une grande partie du continent. Pour une réponse efficace aux défis sécuritaires auxquels les Etats font face, il estime qu’il faut une synergie d’actions qui va au-delà des actions militaires. «Il s’agit en effet, de former suffisamment de cadres civils et des forces de défense et de sécurité, disposant des compétences nécessaires pour la conception et la construction toujours plus achevées d’une vision intégrée de la sécurité, au service de l’Etat et des citoyens», dit-il. Et l’objectif fixé à ce programme pour l’année 2019, selon le directeur général du Cheds, le général de brigade Amadou Anta Guèye, a été largement atteint. Il dit : «Les auditeurs ont pu, non seulement élargir et approfondir leurs connaissances en géopolitique, en stratégie de sécurité nationale, en gestion de crise, mais aussi développer, individuellement et collectivement, des aptitudes à la conception et à la mise en œuvre, dans un environnement socioprofessionnel diversifié.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here