PARTAGER

Dans le cadre du projet de dépollution de la baie de Hann, le Bureau de mise à niveau des entreprises du Sénégal veut mettre en place un programme de mise à niveau spécifique environnemental dédié à cette baie. La réflexion a été lancée hier, en collaboration avec l’Office national de l’assainissement du Sénégal (Onas), le secteur privé et les partenaires techniques et financiers. Un comité de pilotage restreint, regroupant des représentants de ces parties prenantes, sera incessamment réuni pour déterminer les grandes lignes de ce nouveau programme de mise à niveau spécifique.
En effet, justifie Ibrahima Diouf, directeur général du Bmn, la réussite du projet de dépollution de la baie de Hann est intimement liée à la mise en place de stations de prétraitement des eaux usées industrielles. Ainsi, le programme spécifique de mise à niveau dédié à la baie de Hann devrait être couplé d’une ligne de crédit avec des conditions con­cessionnelles, c’est-à-dire d’un taux d’intérêt faible, de 4% par exemple, avec une période de différé minimale d’une année et une durée de remboursement minimale de cinq ans.
Et pour la mobilisation de ces ressources longues, le directeur général de l’Onas juge nécessaire de trouve d’autres mécanismes de financement, notamment les fonds verts. «Nous avons beaucoup de fonds sur l’environnement qui permettraient de minimiser ces coûts-là. Il ne faut pas se contenter du système de financement traditionnel des banques qui, peut-être, ne pourra pas répondre à ce type d’investissements», indique Lansana Gagny Sakho.
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here