PARTAGER

: C’est un pactole de 55 milliards de francs Cfa qui est prévu pour la région de Ziguinchor dans le cadre du Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma). Une somme qui, de l’avis du coordonnateur national du Puma, Moussa Sow, englobe toutes les trois composantes, notamment le désenclavement, la sécurité frontalière et le développement durable.

55 milliards de francs Cfa sont consacrés aux trois composantes du Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma) dans la région de Ziguinchor ; à savoir le désenclavement, la sécurité frontalière et le développement durable, a annoncé Moussa Sow, inspecteur principal des Impôts et domaines, par ailleurs coordonnateur national du Puma, lundi dernier à Ziguinchor à l’occasion d’un Conseil régional de développement (Crd) axé sur le partage de la matrice d’actions de la région. Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de sa série de visites menées par la coordination nationale du comité de pilotage du Puma dans les régions frontalières. Il s’est agi pour le comité de pilotage de partager avec le comité régional de suivi du Puma, présidé par le gouverneur de la région, la matrice des actions prioritaires prévue dans le cadre du Puma et surtout partager avec le comité régional le programme prévu pour la région de Ziguinchor et qui s’étend sur trois périodes triennales de 9 ans. Pour Moussa Sow, l’objectif est d’optimiser avec les acteurs régionaux le Puma, mais également de présenter ses objectifs et les modalités de sa mise en œuvre, de sensibiliser les populations sur les actions phare du programme. Il s’agit, en outre, de partager l’état d’avancement du Plan d’investissement frontalier annuel (Pifa) et d’optimiser la Map de la région avec les participants, en mettant l’accent sur les priorités d’intervention par composante, etc. «On sait que tout est prioritaire dans ces zones frontalières, mais il y a des surpriorités pour que les actions menées par le Puma puissent très tôt impacter et aider les populations à acquérir les besoins primaires en manque dans ces zones-là», a indiqué Moussa Sow face à la presse. Etant entendu que ce sont les services, les infrastructures socioéconomiques de base et le développement local qui vont être les secteurs importants du développement durable. Et en termes de réalisation, le coordonnateur national du Puma estime que déjà deux postes de santé sont en train d’être construits dans les localités de Couram, dans la commune de Kataba I et de Tendine, commune de Sindian, et 33 moulins et décortiqueuses en riz distribués dans 33 localités de la région. «Le programme de formation des jeunes de ces localités frontalières, avec les 2 000 bénéficiaires par an, qui résulte d’un protocole entre le Puma et l’Onfp va bientôt démarrer avec 14 modules de formation nécessaires qui leur permettront de mener à bien leurs activités et prétendre à des emplois salariés», a promis M. Sow.

imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here