PARTAGER

Diender et environs sont partis pour être les victimes collatérales de la forte pénurie d’eau qui secoue la région de Dakar. Plus d’une dizaine de forages ont été construits dans la zone dans le cadre d’un programme d’urgence de l’Etat  pour approvisionner la capitale en eau. «Tout d’un coup, on a vu une batterie de forages envahir la zone sous le motif qu’il faudrait abreuver Dakar. Notre outil de travail est en danger et même le Sénégal», a alerté samedi Pape Ibrahima Diatta, producteur agricole opérant dans la zone. «60% de la production de fruits et légumes du Sénégal viennent de la zone. On parle d’exportation de mangues, mais celles qui sont exportées ne proviennent pas de la Casa­mance ou de toute autre zone. Ce sont celles produites ici, du fait de la richesse du sol, de la qualité de l’eau et du climat. C’est insensé de mettre cela en péril pour boucher un trou pendant deux ans pour Dakar au détriment de cette activité économique importante. On va nous pomper 30 millions de litres par jour», a motivé M. Diatta qui s’est exprimé à l’occasion d’une Assemblée générale organisée à la mairie par les agropasteurs de la zone des Niayes. «Le gouvernement qui se targue de vouloir mettre en place une politique d’autosuffisance alimentaire devait nous accompagner avec des machines pour moderniser notre agriculture plutôt que de participer à anéantir notre activité», s’est désolé Ibrahima Dème, un imam agriculteur. «Nous n’avons rien contre Dakar, mais l’Etat veut l’abreuver avec notre sang parce que c’est le fruit même de notre identité, qu’est l’agriculture, que l’Etat veut tuer pour leur donner à boire», s’est indigné M. Diatta. Pour le maire de la localité qui a pris part à la rencontre, «Dien­der ne peut laisser passer cette forfaiture». «Nous éprouvons les mêmes difficultés pour nous procurer de l’eau que les populations de Dakar. Donc, on ne va pas accepter que l’on pompe la ressource ici pour satisfaire la demande d’une autre zone alors que nous en avons autant besoin pour vivre», a en fait argué Alassane Ndoye. «Nous avions émis des propositions afin que l’Etat mette à notre disposition quatre forages sur les onze prévues dans la zone», a-t-il rappelé en fustigeant la démarche des autorités sur le programme d’urgence mis en place. «J’ai eu à assister à une réunion présidée par le ministre de l’Hydraulique en présence du directeur de l’Hydraulique Charles Faye. Il n’y a aucune commission qui est venue m’informer de la situation parce qu’ils disent que je suis  de l’opposition. Je devrais être averti de tous les projets en ma qualité de maire de la commune de Dien­der», a déploré le maire. «Mouve­ments de jeunesse, femmes, agropasteurs sont tous debout pour marquer leur désaccord», a-t-il averti, donnant rendez-vous au 20 juillet, date à laquelle est programmée la mise en service des forages. «Nous allons tenir un grand rassemblement le 20 juillet. Diender et les localités environnantes sont prêtes à se sacrifier, car nous ôter l’eau c’est nous tuer», a-t-il soutenu.
abndiaye@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. unissons nous pour le bien-etre de Diender…la zone a besoin de son eau pour nourrir sa population…on ne connais que l’agriculture..c’est pas un combat politique…c’est la richesse de diender qui est en danger…vive diender..vive diender..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here