PARTAGER

La pénurie d’eau à Dakar hante le sommeil des habitants de certains quartiers de la capitale. Dans certaines concessions, le liquide précieux ne coule que tard la nuit. Dans d’autres zones, pas une seule goutte. Depuis l’année dernière, l’Etat a engagé un vaste programme pour résoudre cette équation. Et la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones) est à pied d’œuvre pour une nette amélioration de la situation. Hier, le directeur général et son équipe se sont rendus à Thiès pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux. Il s’agit du Programme spécial d’alimentation en eau potable de Dakar, lancé en attendant la réalisation de la 3ème usine de Keur Momar Sarr et la mise en service de l’usine de dessalement.
Faisant le point, Charles Fall a signifié que «sur les 25 forages du programme, on peut dire que les 20 sont finalisés, achevés et réceptionnés avec des débits d’ailleurs qui dépassent les prévisions initiales». Auparavant, le Dg s’est expliqué dans les moindres détails. «Bayakh, c’est une batterie de 11 forages en deux sous-composantes. Une première phase de 5 forages pour nous permettre de mobiliser 15 mille initialement. Mais les résultats que nous avons obtenus nous permettent de mobiliser 20 mille m3. C’est également une station de pompage en phase de finition…», assure-t-il. D’après lui, la phase de Bayakh sera mise en service en mi-juillet pour une production additionnelle de 15 à 20 mille m3, conformément aux engagements et instructions du ministre de l’Hydraulique Mansour Faye.
Pour ce qui concerne le pôle du plateau de Tasset, une dizaine de forages interconnectés ont été mis en œuvre et ils vont refouler vers un réservoir qui ensuite est aspiré par une station et qui l’envoie à Thiès. Pourquoi le choix de Thiès ? «C’est pour relever le niveau des réservoirs de Thiès afin que nous puissions optimiser le fonctionnement de la station de surpression de Karmel pour que l’eau arrive en quantité suffisante et en bonne pression à Dakar», dit M. Fall. Et la mise en service de ces ouvrages est prévue au mois d’août. Avec elles, l’approvisionnement de la ville de Rufisque et environs en eau sera renforcé pour 20 mille m3 d’eau. Par ricochet, on constatera un renforcement de la production jusqu’à Dakar. Une réponse aux besoins complémentaires destinés aux populations de Dakar, notamment des Parcelles Assainies, Niary Tally, Golf, Bene Tally etc.
Pour parer à toute éventualité, la Sones a doté tous ces forages de groupes électrogènes pour qu’ils soient autonomes énergiquement. Autre mesure prise, c’est la déconnection des maraîchers de Pout qui utilisent de l’eau potable estimée entre 15 et 20 mille m3 qui correspondent aux besoins en consommation d’une ville comme Saint-Louis. Elle sera effective, d’après le Dg, également en mi-juillet, soit 10 à 12 mille m3/jour. Avec ce programme qui tourne autour d’une trentaine de milliards de francs Cfa, l’alimentation en eau de Dakar sera fortement renforcée, selon Charles Fall.
Sur le terrain, les ouvriers travaillent sans relâche.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here