PARTAGER

Le Programme «zéro déchet», mis en œuvre à travers le ministère de l’Urbanisme, du logement et de l’hygiène publique, mérite l’engagement de toutes et de tous. Voilà une initiative qui, de par ses objectifs visés, mérite l’adhésion de tous les Sénégalais.
Vous rendez-vous compte qu’on nous appelle à rendre notre environnement propre ? Quand il le sera, ne serons-nous pas les premiers à en profiter ?
Autant je ne comprends pas les piétons à qui on empêche de traverser l’autoroute pour leur propre sécurité, autant je n’ai pas de mots pour ceux qui trouvent à redire quand il s’agit de nous rassembler pour nettoyer.
Dans un pays à près de 95% composé de musulmans, la mobilisation pour les journées de nettoiement devrait être exceptionnelle.
La propreté corporelle, de chez-soi et de notre environnement, est une éducation très recommandée en islam, elle est strictement liée au bon musulman. Et cela n’est pas pour gêner ce dernier, mais pour qu’il puisse être un bon exemple pour les autres, comme le dit Allah dans le Coran : «Dieu ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait. Peut-être serez-vous reconnaissants.» sourate 5, verset 6.
L’islam appelle également les gens au nettoiement des lieux dans lesquels ils vivent, tels que les demeures, et les lieux d’habitation, les mosquées, les lieux de travail et les routes.
De même qu’il n’est pas bon pour la santé et n’est pas un bon comportement le fait de jeter les détritus ou les déchets de nourriture sur les routes ou à proximité des habitations, car il y a en cela une nuisance pour les gens et une pollution du lieu dans lequel on vit.
De plus, le Messager (Psl) a appelé à écarter des chemins ce qui nuit aux gens. Il a dit qu’Allah prie sur Lui et Le salue : «La foi comporte soixante et quelques branches, la meilleure d’entre elles est la parole qu’il n’y a de divinité digne d’adoration en dehors d’Allah, et la plus basse est le fait d’enlever la nuisance se trouvant sur la route, et la pudeur est une branche de la foi.»
Enfin, il n’est pas du bon comportement dans l’islam qu’une personne fasse ses besoins sur les chemins empruntés par les gens, dans les coins ombrés dans lequel les gens s’assoient, ou encore dans les endroits non prévus à cet effet en général.
Pour l’islam, l’être humain vit sur terre un passage capital : c’est en fonction des croyances qu’il aura adoptées, des actions qu’il aura faites et de ce qu’il aura laissé dans son cœur sur terre qu’il sera rétribué après sa mort. Cependant, les actes de bien ne relèvent pas que du spirituel et du cultuel, mais concernent toute la sphère de la vie. L’islam a donc aussi enseigné des règles relevant de ce qu’on appelle aujourd’hui l’hygiène.
Penser que le musulman ne doit que se préoccuper de son hygiène corporelle, c’est ne rien comprendre à l’islam. Les recommandations divines vont au-delà et nous incitent à nous occuper de notre environnement.
Ce pays et cette planète où nous habitons méritent que nous y posions un autre regard afin de les laisser propres aux générations futures.
Voilà pourquoi les imams et les prêcheurs devraient être les premiers relais dans la sensibilisation et l’appel à la mobilisation. La journée de nettoiement ayant lieu le premier samedi de chaque mois, le lendemain d’un jour de grande prière, les prêches du vendredi la précédant doivent être toutes axés sur l’appel à la mobilisation des fidèles musulmans.
Que dire des communautés religieuses : Mouride, Tijaane, Jamahatu ibaadu rahmaan… ? Elles doivent, elles aussi, jouer leur partition dans cet élan visant à rendre propre notre pays. Elles ont assez de ressources humaines pour participer efficacement.
Aujourd’hui, le comportement de certains de nos compatriotes est vraiment à déplorer et est à l’antipode de ce que l’islam nous recommande. Certains parmi nous installent devant leurs boutiques des périmètres bien clôturés avec des grilles afin d’y mettre une partie de leurs marchandises. Cela est bien visible dans un quartier comme les Parcelles Assainies, chez les vendeurs de carreaux et les quincaillers. Ils obligent ainsi les piétons à marcher sur la chaussée et se la disputer avec les automobilistes. «Lii budul àq lan la ?»
Chez nous, des balcons dépassent le périmètre du terrain réellement acheté, des épaves de véhicule sont abandonnées sur les trottoirs, le gravas est déversé dans la rue… Ces actes sont pourtant contraires à notre religion qui commande de vivre dans la communauté en pensant aux autres et à leur bien-être.
Dieu sait que c’est beau quand tout est propre. Pour vous en rendre compte, faites un tour à Kaolack du côté de la gare routière appelée «Garage Nioro» ! La route principale y menant est bien dégagée et le site bien propre et sécurisé. Cerise sur le gâteau, ceux qui empruntent la route vers la Gambie pourront même admirer un joli espace vers aménagé au bord du fleuve.
Maintenant, que nos imams et guides religieux jouent leur partition en appelant les fidèles à la mobilisation !
Souleymane LY – Spécialiste en communication julesly10@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here