PARTAGER

Le parcours inespéré des «Zébus» de Madagascar à la Can n’a pas rassasié ses supporteurs sur la Grande Ile, qui se prennent déjà à rêver d’un nouvel exploit en quart de finale face à la Tunisie.

Signe que les Bareas et le ballon rond sont devenus une priorité nationale, le ministre des Sports Roberto Tinoka s’est fendu ce mercredi d’une visite au stade municipal de Mahamasina à Antana­narivo. Il y a salué les joueurs des Bareas 3, engagés aux Jeux des îles de l’océan Indien qui se jouent à partir du 19 juillet à Maurice, et étalé ses certitudes. Pour lui, Madagascar mérite d’ores et déjà sa place en demi-finale de la Can.
«Lorsqu’il s’agit d’équipes chocs comme celle de la République démocratique du Congo, on se trouve en difficulté à cause de leur brutalité, de leur jeu très physique», a doctement commenté le ministre Tinoka, «mais avec la Tunisie, les Malgaches pourront très bien mettre en place leur tactique de jeu».
Sur le terrain, les jeunes footballeurs de l’Equipe nationale affichent une motivation inédite, nourrie de la réussite de leurs aînés. «Tous les joueurs ont envie d’égaler les performances des participants à la Can en Egypte», assure Roro Rako­#tondrabe, l’entraîneur de ceux qui s’apprêtent à disputer les Jeux des îles. «On essaie de leur dire que s’ils jouent bien, ils auront le soutien de tout le monde», explique-t-il.

«Honneur de la Patrie»
«Moi, je rêve de réaliser les mêmes performances que Melvin Adrien, le gardien des Bareas seniors», assure en écho son homologue de l’équipe 3, Irisy Raveloson Heriniaina. «Les Bareas qui jouent en Egypte nous donnent l’exemple et nous poussent à tout faire pour l’honneur de la Patrie», enchaîne son coéquipier Olivier Jimmy Simouri, «personnellement, je rêve d’intégrer un jour l’équipe senior».
Surfant sur la vague de ferveur qui s’est abattue sur la Grande Ile depuis le début de la Can, le ministre des Sports est prêt à tout pour assurer à l’équipe première une relève digne de ce nom. «Il y a une discussion entre le Président (du pays) Andry Rajoelina et (le sélectionneur national) Nicolas Dupuis pour un encadrement des jeunes dès 12 ans», assure-t-il. Tout à son enthousiasme, Roberto Tinoka a même promis le déblocage de 150 millions de dollars -une somme importante pour le pays classé parmi les plus pauvres du monde- pour construire une académie du sport à Antananarivo. «On va élargir notre solidarité (…) aux autres disciplines de sport en général», promet-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here