PARTAGER

A quelques heures du message à la Nation du chef de l’Etat, Le Quotidien porte le costume de Macky Sall pour énumérer quelques points qui ne manqueront pas.

Petite fiction. Mais factuelle. Comme à la veille de chaque Nouvel An, le chef de l’Etat va s’adresser aux Sénégalais et «hôtes et étrangers qui vivez parmi nous». Ce sera, comme pour la presse, une occasion de faire un «cahier de fin d’année» dans lequel il va coucher un bilan, bien sûr, actif, rarement, ou jamais, du passif que l’opposition se chargera de faire dans ses commentaires d’après discours. Dans la peau de Macky Sall donc, il devrait être question, pour la politique, de réaffirmer, pour rassurer les sceptiques, que les Législatives se tiendront le 2 juillet, comme il l’avait dit à Manko wattu Senegaal le 1er décembre dernier. Rassurer aussi sur les couacs et les lenteurs dans les inscriptions sur les listes électorales pour l’obtention de la carte d’identité biométrique et son verso servant de carte d’électeur. Mais surtout de dissiper les doutes quant à l’utilisation du fichier électoral issu de la refonte partielle. Les projets de loi adoptés au dernier Conseil des ministres entreraient dans ce sens.
Mais, au-delà du costume du chef de l’Etat, il y aura à côté le ton du chef de la majorité qui cherche une nouvelle majorité parlementaire. Et, pour ce faire, le président de l’Apr et de Benno bokk yaakaar aura à dérouler une batterie de réalisations. Une sorte de campagne qui fait irruption dans le discours pour un non-partant, constitutionnellement pas concerné et interdit de faire le tour politique. Mais, on le sait, au Sénégal, la tournée électorale est vite enveloppée d’«économique» pour «légaliser» une campagne présidentielle. Il sera question, pour Macky Sall de faire «monter» les Sénégalais dans son Train express régional encore frais par sa visite d’Etat à Paris, de «servir» du pétrole et du gaz et de seriner le Cos/Pétrogaz pour démonter les accusations de non transparence soulevées par l’opposition. Le président de la République fera des centrales solaires une question centrale pour réduire la facture et la fracture énergétique et «roulera» sur la Vdn prolongée, l’autoroute à péage Diamniadio-Mbour, en attendant Illaa Touba. Et, enfin, il «embarquera» dans l’avion à partir de l’aéroport Blaise Diagne qui peine pourtant à décoller. Sans doute, le taux de croissance ne viendra pas tard dans les lignes de son message puisqu’il en fait une condition de la réussite de son Pse. Mais attention, Macky Sall «jouera» mieux que les Lions du football pour une coupe d’Afrique divertissante pour se libérer des frustrations et aborder avec motivation les Législatives.
Mais, ce sera si, et seulement si, le spectre d’une intervention militaire en Gambie ne vienne pas reporter les élections. C’est un sujet qui pourrait aussi être glissé dans le discours de Macky Sall, même si ce sera avec plus de diplomatie que le ton de son ministre des Affaires étrangères. De façon générale, il ne manquera pas d’éloges à la diplomatie dans un contexte de «tempête» avec Israël, où Dakar a assumé sa souveraineté ou encore aux Nations unies où pour la première fois, le Sénégal préside le Conseil de sécurité. C’est un point de suspension puisque le Prési­dent abordera d’autres sujets.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here