PARTAGER

«L’histoire du barreau du Sénégal» est l’intitulé du film documentaire réalisé par Cécile Sow, ancienne journaliste. Dans ce projet, elle raconte l’histoire de l’Ordre des avocats du Sénégal de 1859 à 2016. Cela, pour faire connaître le rôle que cette profession a joué durant la colonisation dans la lutte pour l’émancipation, l’indépendance et la démocratie.

Toute profession mérite d’être valorisée et connue. C’est ce que Cécile Sow a compris. Elle vient de réaliser un film documentaire qui retrace l’histoire du barreau du Sénégal de 1859 à 2016. Réalisé entre 2014 et 2016, le film a été présenté dans sa version courte de 52 minutes à l’occasion de la rentrée solennelle du barreau du Sénégal. Ce projet a été réalisé à l’initiative de Me Ahmet Ba, bâtonnier de l’Ordre des avocats du Sénégal de 2013 à 2016, afin de «de préserver la mémoire du barreau et de partager cette histoire». Pour l’actuel bâtonnier Me Mbaye Guèye, ce film a été produit pour que les futurs avocats soient conscients de leur responsabilité et comprennent que leurs prédécesseurs «se sont battus, ont offert leur vie, leur énergie, leur temps etc. pour la profession». «Nous avons pensé que l’histoire de notre profession méritait d’être connue eu égard au rôle important que cette profession a joué durant la colonisation dans la lutte pour l’émancipation de l’indépendance et dans la construction et le renforcement de l’Etat de droit ainsi que de la démocratie», explique Me Guè­ye.
La réalisatrice du film, Cécile Sow, ancienne journaliste à la radio Nostalgie Sénégal et au magazine Jeune Afrique, illustre par des images d’archives et des témoignages l’histoire de cette profession au Sénégal. Destiné aux avocats, aux professionnels de la justice et aux étudiants en droit, le projet est composé de 3 épisodes. La première partie étant consacrée aux avocats du Sénégal qui ont exercé leur métier de la période coloniale à 1960. Le deuxième volet porte sur la période des indépendances à la création de l’Ordre des avocats. «Dans ce volet, nous y retraçons le parcours des premiers avocats. Parmi eux, il y a ceux qui sont connus comme par exemple Me Lamine Guèye ou Me Valdiodio Ndiaye, et d’autres qu’on ne connaît pas comme Jean-Jacques Crespin», expli­que Mme Sow. Dans cet épisode également, l’auteur et ses collaborateurs se sont intéressés à la définition du barreau de 1960 à la création en 1984 de l’Ordre des avocats du Sénégal en période de difficiles négociations avec les autorités de tutelle. «La participation des avocats dans la construction de la République, la décision du positionnement du barreau face à certains évènements comme lors de la crise de 1962 y sont également abordées», appuie-t-elle. Avant de souligner que dans la 3e et dernière partie, «nous suivons l’évolution du métier d’avocat depuis 1984. Nous nous intéressons aux nouveaux défis et à la coopération juridique et judiciaire sur le continent africain», raconte la réalisatrice. Des évènements ayant marqué le Sénégal comme l’incarcération de Me Abdoulaye Wade et l’assassinat de Me Babacar Sèye y sont abordés aussi.
Pour la réalisation du film, Mme Sow explique qu’il a fallu une cinquantaine de personnes ressources et 38 interviews ainsi que des archives recueillies auprès de l’Ordre des avocats du Sénégal, du ministère de la Justice, de l’Assemblée nationale, et de la presse sénégalaise.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here