PARTAGER

Le manque criard d’eau dans les 32 villages de Sandiara ne sera bientôt qu’un vieux souvenir. Le maire de la commune a lancé un projet dénommé «Course contre la soif». Financé à hauteur de 185 millions de francs Cfa par l’association «Vivre en brousse», ce projet va alimenter 30 villages, soit 57 quartiers.

La commune de Sandiara veut être émergente. Après avoir lancé la zone économique spéciale qui commence à recevoir des usines, le maire s’est attaqué à la question de la maîtrise de l’eau dans sa collectivité. Lors du lancement hier d’un nouveau projet hydraulique, il est revenu sur ses ambitions pour cette commune en matière d’eau. «Ce projet qui s’appelle ‘’Course contre la soif’’ a été initié en 2015 avec un premier financement de 30 millions pour 300 foyers à Sandiara que j’avais moi-même offert à la population. La deuxième partie commence aujourd’hui, avec notre partenaire ‘’Vivre en brousse’’ qui a investi 1,300 milliard de francs dans l’eau. Et l’objectif est de rétablir le droit à l’eau», a déclaré le maire de Sandiara.
Fiancé pour une valeur de 185 millions de francs Cfa, ce projet concerne 32 villages, soit 57 quartiers. Il consiste à alimenter ces villages en l’eau potable, afin de minimiser non seulement l’usage de l’eau de puits, mais également de soulager les femmes qui parcouraient plusieurs kilomètres pour chercher de l’eau. A en croire Dr Serigne Guèye Diop, cette eau ne sera pas seulement destinée à la consommation, mais également à l’agriculture et aux animaux pour permettre à ces villages de prendre le chemin de l’émergence.
Pour l’édile de Sandiara, ce projet est venu réparer un préjudice. Il explique : «L’eau c’est un droit humain, tout le monde doit en disposer. Donc, mon rôle c’est de faire en sorte que les populations puissent en disposer. Maintenant, c’est le temps de l’action et d’ici décembre 2019, nous allons inaugurer et poser des premières pierres. L’eau provenant des puits est impropre à la consommation, car elle n’est pas potable. Donc, pour avoir un capital humain sain, il faut investir dans la santé, l’électricité et l’eau.»
Dr Diop a également rappelé que ce projet va s’accompagner d’un autre de dispensaire et de maternité et va démarrer dans les mois à venir.
Selon Martine Moy, présidente de l’association «Vivre en Brousse», ce projet est une idée du maire. «C‘est le maire de Sandiara qui a eu l’idée. Nous sommes un partenaire et nous allons installer les réseaux d’adduction d’eau dans la commune, surtout dans la partie nord. Ce projet vient en complément de ce que nous avions réalisé dans la partie sud, puisque notre objectif est d’aider les gens à vivre en brousse en ayant les moyens des activités génératrices de revenus, une meilleure hygiène, une meilleure santé», a rappelé Mme Moy.
abciss@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here