PARTAGER

L’intersyndicale des travailleurs de la ville  de Rufisque a dégagé en touche toute idée de redistribution de la patente que la mairie reçoit des entreprises installées sur son périmètre. «L’Etat est en train de procéder à des réaménagements pour une loi qui fera que les patentes payées par les entreprises implantées au niveau du territoire communal de Rufisque seront redistribuées à l’ensemble des communes du Sénégal», a expliqué mardi  le délégué syndical Babacar Sow, parlant du projet de l’Etat, qui vise à rassembler les patentes destinées aux communes en une caisse unique. Sur le sujet, il embouche ainsi la même trompette que l’édile de la ville. «A la limite la redistribution pourrait concerner les communes de Rufisque mais non toutes les communes du pays», avait réservé Daouda Niang sur le sujet. «C’est une aberration et nous ne l’accepterons pas», a  poursuivi  Babacar Sow, prédisant des conséquences néfastes pour la ville si la mesure en venait à être appliquée. «D’abord ce sont les Rufisquois qui sont impactés par les effets  néfastes de ces industries et ensuite ce que la ville obtient en termes de patente n’est pas suffisant pour porter l’investissement. La majeure partie est destinée au   fonctionnement et  il faut faire des pieds et des mains pour investir», a-t-il argumenté en ce sens, promettant un engagement de l’intersyndicale contre cette mesure, a assuré M. Sow pour qui  l’Etat dispose de moyens autres pour financer les communes. Au nombre de ceux-ci, le délégué syndical, entouré de ses pairs à la sortie de l’Assemblée générale, a énuméré les 15% de la tva pour financer les collectivités locales qu’avait promis l’Etat  ainsi que l’augmentation du fonds de dotation. Sous un autre point, l’intersyndicale a magnifié le «pragmatisme du Premier ministre» sur le dossier sur la fonction publique locale. «Il a pris des mesures importantes lors de notre rencontre de la semaine passée. Parmi celles-là la mise sur pied d’un comité de suivi qui va se rencontrer chaque semaine pour évaluation», a fait savoir M. Sow. Pour l’effectivité de la fonction publique locale, le délégué s’est montré optimiste.  «12 décrets ont été votés. Il ne reste que 8 autres qui sont subordonnés à la mise en place  du conseil supérieur des collectivités territoriales. Le Premier ministre a rassuré que ce conseil sera mis en place au plus tard en fin février et les décrets restants vont alors être signés et nous irons directement vers l’opérationnalisation de la fonction publique locale», s’est-il réjoui.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here