PARTAGER

La ville de Thiès sera bientôt une ville intelligente avec le projet Smart Sénégal initié par l’Etat pour mettre les Technologies de l’information et de la communication (Tic) dans les programmes nationaux de développement socio-économique.

Thiès entre dans l’ère du digital avec le projet Smart Sénégal financé par la Chine à hauteur de 87 milliards de francs Cfa, et dont l’objectif est de digitaliser l’Administration. Selon le directeur de l’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie), Cheikh Bakhoum, en visite hier dans les différents chantiers du projet, «Smart Sénégal veut rendre nos villes beaucoup plus intelligentes par l’utilisation des Technologies de l’information et de la communication (Tic)». Pour cela, dit-il, «nous avons lancé simultanément 4 projets au niveau de la ville de Thiès». Il s’agit, d’abord du volet «Safe City qui vise à renforcer la sécurité publique par l’utilisation d’outils et procédés technologiques en vue de la collecte, de l’analyse de flux, d’événements provenant de divers systèmes de communication et la diffusion d’informations». Lequel, «est en train d’être finaliser avec les forces de défense et de sécurité. Toutes les caméras ont été installées et intégrées à la fibre optique de l’Adie. Et aujourd’hui nous pouvons visionner les images au niveau de la gouvernance de Thiès». Et l’idée, enchaîne le patron de l’Adie, «est d’avoir un centre de commandement au niveau de Thiès qui puisse regrouper tous les acteurs, notamment les forces de défense et de sécurité et les agents de la mairie ville de Thiès pour visualiser les images et faire l’ensemble des analyses qui permettront de pouvoir mieux sécuriser la population mais également d’aider tous les services qui en ont besoin». S’agissant du volet Smart wifi, dont l’objectif est de lutter contre la fracture numérique, Cheikh Bakhoum estime que «l’internet est aujourd’hui un enjeu majeur de développement. Comme l’eau et l’électricité, l’internet est un besoin qui doit être satisfait par l’Etat. Les Sénégalais doivent de plus en plus avoir accès à l’internet pour faire leur travail pour s’informer ou n’importe quel autre type d’activité économique qui permet de développer un peu leurs activités. C’est dans ce cadre-là que la quasi-totalité des places publiques de Thiès, une ville-pilote, ont été choisies et couvertes. Nous sommes dans la phase de finalisation. Les pôles ont déjà été posés et ils sont en train d’être intégrés à l’intranet administratif. Et quand ça sera fait, nous pourrons, dans les jours qui viennent, lancer au bénéfice des populations, le wifi public au niveau de Thiès que leur offre l’Etat à l’image de grandes villes de ce monde». Concernant le troisième volet, Smart éducation, l’Institut supérieur de l’enseignement professionnel (Isep) et l’Université de Thiès seront connectés. «Nous renforçons vraiment les ressources pédagogiques des universités et des instituts. Nous avons quasiment 100 positions au niveau de l’Isep qui est bénéficiaire de ce programme.» Lesquelles positions «sont en train d’être finalisées et elles permettront de renforcer l’éducation dans cette structure». Et au niveau de l’Université de Thiès, le même dispositif est mis en place, note le directeur de l’Adie. Il estime : «Les autorités universitaires vont recevoir beaucoup d’équipements qui permettront de renforcer le système d’apprentissage des étudiants qui pourront à travers le numérique, non seulement avoir beaucoup plus accès aux cours de manière générale mais également faire des travaux pratiques dans ces salles multimédias que nous déployons». Et ceci sans compter «l’instauration de l’enseignement à distance avec les studios d’enregistrement que nous allons mettre à leur disposition». Le quatrième et dernier volet qui concerne la ville de Thiès, c’est la construction de la maison du citoyen au niveau du Cedeps de Thiès. L’idée, selon M. Bakhoum, «c’est de délivrer le service public en mode fast track. Et c’est d’avoir un guichet unique pour permettre à un citoyen à un seul point de retrouver l’ensemble des services de l’administration». Laquelle maison du citoyen, conclut-il, sera «connectée via l’intranet et aux 44 autres maisons du citoyen des 44 autres départements du Sénégal. Elles pourront interagir et délivrer le service tel qu’il soit». Ainsi et d’espérer que tous ces projets de la ville de Thiès seront bouclés d’ici la fin de l’année.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here